Le troisième trimestre de 2019 aura fait mieux que les deux premiers réunis. Après les 22 100 mètres carrés commercialisés entre janvier et mars dernier puis les 24 200 mètres carrés durant le second trimestre, cette troisième période de l’année aura été meilleure, mais garde un régime faible en comparaison des précédentes années.

Entre juillet et fin septembre, ce sont 49 200 mètres carrés de bureaux qui ont trouvé de nouveaux occupants dans le quartier d’affaires. Une performance portée par la prise à bail et acquisition de Loxam qui a pris 8 658 mètres carrés dans Le Cap et surtout de WeWork qui ouvrira l’année prochaine un grand centre de coworking d’environ 14 000 mètres carrés dans l’immeuble des Collines de l’Arche. A cela s’ajoutent notamment les 3 168 mètres carrés de Foncia IPM dans la tour CB16, les 2 561 mètres carrés de Trapil dans Le Palatin II et III et les 3 844 mètres carrés de Les Petites Affiches dans la Grande Arche.

Depuis le début de l’année ce sont ainsi 95 900 mètres carrés de surfaces de bureaux qui ont été commercialisés. Le manque de transactions de plus de 5 000 mètres carrés pèse lourdement sur le volume d’activité, avec seulement trois signatures de ce type intervenues depuis le début de l’année. La Défense reste évidemment loin des sept opérations de grande taille observées en moyenne à cette période depuis dix ans, analyse Cushman & Wakefield dans sa dernière étude.

Un taux de vacance à 5 % et de nombreuses livraisons à venir

« Les bureaux de taille intermédiaire, relais de croissance essentiel du quartier d’affaires depuis trois ans, se maintiennent à l’équilibre d’une année sur l’autre avec un redressement alimenté par quatre signatures dans la tranche haute de ce créneau (plus de 2 500 mètres carrés). Il en va différemment des surfaces inferieures à un millier de mètres carrés, très en retrait de leur rythme d’activité des quatre dernières années (de 13 000 à 17 000 mètres carrés) », explique Cushman & Wakefield.

Les disponibilités immédiates de bureaux à La Défense restent toujours à un taux bas avec 164 000 mètres carrés d’espaces inexploités, soit un taux de vacance à 5 % enregistré fin septembre. Un faible taux qui a rejoint celui de la moyenne francilienne, en contraste avec Péri-Défense (14,7 %) et le Croissant Ouest (9,5 %).

Ce taux très bas que La Défense n’avait pas atteint depuis plus d’une décennie devrait cependant grimper en flèche dès l’année prochaine avec la livraison de nouveaux projets immobiliers dans l’année 2020 comme les tours Trinity (49 000 mètres carrés), Alto (51 000 mètres carrés) et Landsacpe (64 000 mètres carrés) sans oublier plusieurs projets plus modestes de rénovation d’immeubles comme le Latitude (22 000 mètres carrés).

Le loyer moyen des bureaux de première main se replie à 460 euros du mètre carré par an au terme du troisième trimestre 2019 (contre 480 €/m2/an en 2018). Les valeurs locatives de seconde main, positionnées à 440 euros du mètre carré par an, progressent quant à elles très faiblement (+2 % en un an).