Engie envisage de déplacer son siège à La Garenne-Colombes

Le géant français de l'énergie gazière pourrait s'émanciper du quartier d'affaires de La Défense d'ici 2022-2023 pour établir son nouveau siège non loin de là, à La Garenne-Colombes.

Engie pourrait quitter sa tour T1 en 2022 ou 2023 pour aller s'installer à La Garenne Colombes - Defense-92.fr

Le projet d’un départ d’Engie de La Défense refait surface. Alors qu’il y a encore quelques années se murmurait le projet d’un déménagement du géant français de l’énergie gazière Engie pour Saint-Denis, l’idée d’une émancipation du quartier d’affaires refait surface mais cette fois-ci vers une autre destination. L’ex GDF-Suez arrivé dans ses tours T1 et T2 en 2010 qui avait pourtant renouvelé son bail avec Ivanhoé Cambridge, (les deux tours sont depuis tombées dans le giron de Gecina) jusqu’en 2027 envisage de déplacer son siège non loin de là, à La Garenne Colombes, à la fontière du Faubourg de l’Arche. L’entreprise projette de faire construire pour 2022-2023 avec le promoteur Nexity un méga-campus sur mesure de 120 000 mètres carrés sur l’actuel site de PSA qui sera libéré par le constructeur automobile d’ici la fin de l’année.

Installée après la fusion entre GDF et Suez, la firme ne semble jamais avoir apprécié cette adresse du Faubourg de l’Arche. Deux ans à peine après son arrivée elle pensait alors déjà à partir vers Saint-Denis. Et il faut le dire depuis son arrivée il y a huit ans, les modes de travail ont évolué et le télétravail et le flex office s’est largement développé. En veut pour preuve Engie a récemment libéré l’intégralité de sa tour T2 faisant face à T1 pour la mettre en sous-location à Idemia et a fait ses cartons de la tour Voltaire. Des employés désormais concentrés dans la grande tour T1.

« Ce projet sera la vitrine de la stratégie du groupe Engie, s’inscrivant dans une démarche environnementale contribuant à la fois à un progrès économique et social, harmonieux et durable. Situé dans un îlot urbain arboré proche de Paris, ce futur éco-campus illustrera l’expertise d’Engie et de ses équipes pour construire la ville intelligente de demain », explique dans un communiqué Pierre Deheunynck, directeur général adjoint d’Engie et membre du comité exécutif.

Un quartier du Faubourg de l’Arche qui va se vider

Un départ du quartier de La Défense qui n’effraie pas la directrice de Paris La Défense (PLD), Marie-Célie Guillaume, qui dit se réjouir « du choix d’Engie, partenaire historique de Paris La Défense, d’implanter sur le territoire la vitrine de son savoir-faire au service de la ville intelligente et durable. Ce pôle tertiaire, mixte et ambitieux, complètera le développement du quartier voisin des Groues, aménagé également par nos soins. Il viendra contribuer à l’attractivité du plus grand quartier d’affaires en Europe ».

Si le maire de Courbevoie Jacques Kossowski (LR), peut faire grise mine de voir filer une des plus grosses entreprises de sa commune, son homologue Philippe Juvin, maire de La Garenne-Colombes peut lui se réjouir de voir arriver ce mastodonte. « Ce secteur était une terra incognita pour la ville. Nous allons en faire un quartier où il y aura de la vie. A terme, le projet urbain global offrira, outre le campus d’Engie, un programme mixte de bureaux, logements, commerces et hôtel, une nouvelle succursale PSA, et des équipements d’intérêt collectif (grand parc public, école, crèche, gymnase…) », se félicite l’édile.

Avec cette annonce c’est un nouveau coup dur pour le secteur du Faubourg de l’Arche qui verra partir à la fin 2020 TechnipFMC de sa tour Adria. L’entreprise spécialiste en ingénierie pétrolière et gazière pour des programmes subsea, offshore et onshore emménagera dans son nouveau campus en bois actuellement en construction face à la Paris La Défense (ex-U Arena).