Pour leur nouveau siège les salariés de Total ont le choix entre La Défense et Nanterre

L’entreprise pétrolière et gazière française Total a lancé ce mercredi une grande consultation auprès de ses salariés de La Défense afin qu’ils choisissent le lieu de leur nouveau siège.

La tour Total Coupole en mai 2017 - Defense-92.fr

C’est un énorme mouvement qui se prépare du côté de chez Total. L’entreprise pétrolière et gazière française vient de lancer ce jeudi 17 mai pour un peu moins d’un mois une grande consultation interne sur un vaste projet de déménagement auprès de ses quelques 5 500 salariés basés dans le quartier d’affaires. La firme souhaite d’ici 2020 à 2022 réunir l’ensemble des collaborateurs de son siège actuellement basé sur trois sites (Les tours Coupole et Michelet et l’immeuble Newton) sous un même toit. Souvent évoqué ses dernières années le projet d’un déménagement de Total devient désormais officiel.

Pour son nouveau QG qui doit accueillir environ 6 500 personnes, -prestataire compris- Total qui cherche plus de 120 000 mètres carrés de bureaux a repéré trois projets : deux à La Défense et l’autre à Nanterre.

Les “Tours Sisters”

Le premier est connu puisqu’il s’agit des “Tours Sisters”, projet développé par la foncière Unibail-Rodamco. Si ce projet de gratte-ciel relié par un pont parvis a le gros avantage d’être à deux pas du parvis directement connecté au hub des transports en commun (RER A, Métro 1, Transilien L et U, Tramway T2, des lignes de bus et bientôt le RER E et la ligne 15 du Grand Paris) et déjà doté d’un permis de construire, il a l’inconvénient d’être un peu juste en surface. Pour l’heure il prévoit 70 000 mètres carrés de bureaux et 30 000 mètres carrés d’hôtel qui seraient alors supprimés pour faire un ensemble unique de bureaux d’un peu plus de 100 000 mètres. Il manquerait donc alors un peu moins de 20 000 mètres carrés de bureaux.

Les tours Sisters de Christian de Portzamparc – Architecte : 2Portzamparc / Image : L’autre Image

Le méga campus en bois “L’Arboretum”

Le second situé à Nanterre est complètement atypique. C’est le projet de campus en bois “L’Arboretum” développé par Woodeum et BNP Paribas Real Estate. Avec plus de 120 000 mètres carrés de bureaux il offre l’énorme avantage d’être dans un grand parc privatif où prennent place plusieurs immeubles de quatre à sept étages faits d’une structure en bois massif. Avec ce siège l’entreprise régulièrement pointée du doigt pour ses activités polluantes pourrait envoyer un signal fort tourné vers l’environnement. Mais il n’en demeure pas moins qu’il a plusieurs points faibles comme sa localisation et son accès. Le terrain de ce méga campus est effet enclavé entre les autoroutes A14 et A86, un viaduc du RER A, la Seine et… la prison de Nanterre. En se situant à 600 mètres de la gare de Nanterre-Université (Ligne A du RER et L du Transilien, et bientôt le Tramway T1) l’accessibilité du campus n’est pas des meilleures même si les promoteurs du projet promettent à ses utilisateurs des navettes en bus. Enfin contrairement au quartier de La Défense, autour du campus il n’y a pas grand-chose à faire avec aucun commerce.

Le projet de campus en bois “L’Arboretum” doit être livré en 2020 – Woodeum / BNP Paribas Real Estate

Les tours “The Link” de Groupama

Enfin le troisième choix possible pour les collaborateurs de Total était totalement inconnu jusqu’à il y a encore quelques jours. Développé dans le plus grand secret par Groupama Immobilier, “The Link”, ce projet colossal projette de construire sur ses actuels bureaux du quartier Michelet (immeuble qui sera libéré dès 2018 par l’assureur qui déménagera à Nanterre) deux tours géantes offrant 120 000 mètres carrés de bureaux. Ce qui deviendrait avec les tours Hermitage Plaza le plus haut building de France a été conçu par l’architecte Philippe Chiambaretta pour Groupama. The Link prévoit deux tours : une de 244 mètres et une seconde, plus petite de 174 mètres reliée à la première par des passerelles en verre. Là encore le point faible du projet serait la connexion aux transports en commun. Car s’il se trouve à quelques dizaines de mètres de la station de métro Esplanade de La Défense de la ligne 1 il reste assez loin du hub de La Défense avec plus de 700 mètres à parcourir sur la dalle.

“The Link” de nuit depuis le pont de Suresnes – PCA-STREAM / Philippe Chiambaretta

La question des transports sera déterminante pour le choix des salariés

Et pour le choix des salariés c’est bien la question des transports en commun qui devrait faire peser la balance dans les votes. “Il faut voir les moyens de transports qui seront proposés”, confie Edwoir, un salarié du groupe qui affiche tout de même sa préférence pour les Tours Sisters. Christine qui est l’une des premières à s’être installée dans la tour en 1985 refuse d’emblée de partir du quartier : “Je n’ai pas envie de rallonger mon temps de transports et puis ici il y a tout avec le centre commercial des 4 Temps”. Elle aussi donne sa préférence au projet d’Unibail-Rodamco. Reste que pour elle cette consultation est plus un leurre. “Je pense que la direction a déjà pris sa décision (sur le campus de Nanterre, ndlr)”. Mais pour Bruno l’idée de travailler dans un campus en bois semble séduisante. “Ça peut être sympa”, dit-il.

Une décision prise par le groupe dès cet été

Tout devrait maintenant aller très vite puisqu’une décision finale doit être prise à l’été par le groupe Total à l’issue de la consultation qui s’achèvera début juin. Car pour l’heure aucun des développeurs des trois projets qui déroulent le tapis rouge pour accueillir ce prestigieux occupant n’ont lancé les travaux. Seul Unibail-Rodamco et ses tours Sisters a pour l’instant décroché le permis de construire. Permis qu’il faudra cependant modifier pour transformer l’hôtel en bureaux.

Reste enfin à savoir ce que fera Total de ses tours Coupole et Michelet dont il est le propriétaire. Il parait très probable que la compagnie décidera de vendre ces deux édifice datant des années 80 aujourd’hui vieillissants et obsolètes.