Total pourrait bien quitter La Défense

Le géant pétrolier Total a confié au conseil indépendant en immobilier d’entreprise Mobilitis son avenir immobilier dans le quartier de La Défense. L’entreprise qui étudie plusieurs pistes pourrait quitter le quartier d’affaires.

La tour Total Coupole - Defense-92.fr

La Défense pourrait dans les prochaines années voir filer le mastodonte du CAC 40 Total. Le géant pétrolier français, a selon nos informations confié au conseil indépendant en immobilier d’entreprise Mobilitis, son avenir au sein du quartier d’affaires. Inaugurées au milieu des années 80, les tours Coupole (130 000 m2) et Michelet (77 750 m2) qui abritent l’entreprise propriétaire ont bien vieilli. Un peu moins de trente ans après son installation à La Défense, Total souhaite aujourd’hui s’établir dans des locaux répondant aux normes actuelles.

Plusieurs solutions s’offrent à l’entreprise du CAC 40 : Une rénovation lourde des deux tours, un déménagement vers d’autres tours du quartier, un départ partiel de La Défense ou un départ de toute l’entreprise.

La première solution pourrait être compliquée. Total devrait alors soit rénover ses tours en milieu occupé, ce qui serait très long et dérangeant pour les salariés ou bien vider totalement les deux édifices, reloger les collaborateurs du groupe dans d’autres locaux puis leur faire réintégrer leurs tours. L’entreprise pourrait opter pour une vente des tours et devenir locataire.

Seconde solution, l’entreprise pourrait vendre ses deux tours et choisir de s’installer dans une ou plusieurs nouvelles tours du quartier en projet comme par exemple les tours Aire 2, Phare ou bien Hekla.

Troisième possibilité, Total pourrait garder une partie de ses salariés à La Défense dans l’une de ses tours rénovées ou dans un autre bâtiment et envoyer l’autre partie hors de La Défense.

La dernière piste qui pourrait être envisagée serait un départ pur et simple du quartier d’affaires de l’ouest parisien. L’entreprise pétrolière pourrait alors se faire construire un méga campus en banlieue. Une solution, qui si elle se réalise serait dure pour La Défense qui verrait l’un de ses plus gros utilisateurs filer. Il s’agirait alors d’un des plus gros départs d’entreprise de l’histoire de La Défense.

 

La tour Total Michelet - Defense-92.fr

La tour Total Michelet – Defense-92.fr

 

Et ce ne serait pas une première pour Total. En 2008, le groupe français avait quitté l’immeuble Galilée, situé à proximité de la tour Michelet pour installer une partie de ses collaborateurs dans l’immeuble le Spazio développant 36 500 m2 à Nanterre en bordure de l’A86.

Si ce n’est pas la première fois que la compagnie étudie sa stratégie immobilière, selon plusieurs professionnels de l’immobilier la décision devrait être prise par Total avant la fin de l’année, après la remise du rapport de Mobilitis. Mais une chose est sûre, Total souhaite revoir en profondeur ses actifs immobiliers. « Presque tous les salariés sont dans des bureaux cloisonnés, cela ne correspond plus aux normes actuelles » explique un spécialiste de l’immobilier qui note la vétusté des deux tours avec notamment une hauteur sous plafond, qui n’est plus dans les standards actuels et de nombreux espaces mal exploités. Alors que ses principaux rivaux ont aujourd’hui des bureaux modernes, l’entreprise française a elle son siège dans des locaux très énergivores. « Total est souvent critiqué pour ses activités, que beaucoup jugent polluantes, alors avec de tels locaux ! » explique ce même spécialiste.

En cas de vente, Total ne devrait pas réaliser une si bonne affaire que çà. Les deux bâtiments qui ne sont plus aux normes environnementales et ne répondent plus aux besoins des entreprises d’aujourd’hui nécessiteront d’importantes restructurations très couteuses. De plus il n’est pas sur qu’une fois entièrement rénovées ces tours attirent facilement de nouveaux locataires, du moins pas au niveau des loyers des bâtiments neufs.