Le trafic du RER A a repris entre La Défense et Auber

Coupé suite à une importante fuite d'eau boueuse depuis lundi en milieu de journée le trafic du RER A a finalement repris ce jeudi matin.

Une rame du RER A en gare de La Défense - Defense-92.fr

Bonne nouvelle pour les dizaines de milliers d’usagers du RER A. Après trois jours d’interruption la RATP vient d’annoncer tôt ce matin le rétablissement du trafic sur la ligne A du RER entre les gares de La Défense et Nation. Depuis lundi dernier en milieu de journée les trains ne pouvaient plus circuler sur cette partie du tronçon central de la ligne la plus fréquentée d’Europe qui transporte quotidiennement d’est ou en ouest 1,2 million de passagers.

Cette énorme galère pour les dizaines de milliers d’usagers du RER A fait suite à un « incident majeur » lié à des travaux sur le chantier SNCF d’Eole (RER E) au niveau de la Porte-Maillot. Lundi alors que des équipes du chantier du prolongement d’Eole (Bouygues Travaux Publics, Eiffage et Razel-Bec) étaient en train de réaliser un forage préliminaire en vue de la construction de la future station de la Porte Maillot, le tunnel du RER A situé juste en-dessous a été par mégarde percé.

Ce percement avait entraîné un écoulement important et soutenu d’eau boueuse et de sable qui a noyé les voies sur une cinquantaine de mètres, nécessitant l’arrêt immédiat de la circulation des trains.

De lourds travaux ont alors été effectués durant trois jours par les équipes du groupement Eole pour colmater l’importante brèche et arrêter l’écoulement d’eau. Ce colmatage a nécessité l’injection d’au moins 300 kilos de résine pour permettre sa consolidation, précise la RATP. L’arrêt de l’écoulement de l’eau boueuse n’avait finalement pu être que constaté que hier dans la matinée.

En parallèle, les équipes avaient procédé dans la nuit de mardi à mercredi à l’évacuation par train des vingt-cinq tonnes de boue récupérées sur les voies. Quatre pompes avaient été utilisées pour désengorger les voies du tunnel.

Mais alors que la RATP craignait encore hier soir de ne pas être en mesure de rétablir le trafic pour ce matin, la régie a pu réaliser les dernières étapes jugées « indispensables » ces dernières heures. Durant toute la nuit plusieurs vérifications ont été opérées par la RATP dont le nettoyage de la zone de chantier, l’évacuation du matériel des entreprises intervenantes, la vérification des installations de signalisation et de communication, et enfin à l’acheminement et au passage de plusieurs trains d’essai afin de s’assurer de la sécurité de la voie.

Depuis ce gigantesque incident la RATP avait mobilisé quelques 160 agents sur le terrain pour venir en aide aux dizaines de milliers d’usagers de la ligne qui ont du se reporter notamment sur les lignes 1 du métro et L du Transilien. En outre une salle de crise et la direction générale de la RATP avaient été mobilisées en continu durant toute la durée de l’incident pour venir à bout de cet incident inédit. Incident qui a énervé la présidente de région, Valérie Pécresse qui a demandé mardi des comptes à la RATP et à la SNCF pour faire « toute la lumière » pour établir les circonstances.