Législatives : Le candidat En Marche Laurent Zameczkowski demande l’invalidation de l’élection de Constance Le Grip

Laurent Zameczkowski, le candidat malheureux de La République En Marche qui a perdu face à la candidate Les Républicains Constance Le Grip dans la sixième circonscription souhaite faire invalider le scrutin.

Laurent Zameczkowski, le candidat LREM pour les législatives 2017 dans la sixième circonscription des Hauts-de-Seine - Defense-92.fr

Les électeurs de la sixième circonscription des Hauts-de-Seine (Puteaux, Courbevoie sud et Neuilly) où est implantée une grande partie du quartier de La Défense vont-ils devoir retourner aux urnes ? C’est en tout cas ce que va tenter Laurent Zameczkowski, le candidat malheureux de La République En Marche (LREM) qui a perdu lors des dernières législatives face à la candidate Constance Le Grip (Les Républicains).

Selon Le Parisien, le chef d’entreprise de 46 ans a déposé un recours devant le conseil constitutionnel s’estimant victime d’une « violente campagne de calomnies » pendant l’entre-deux-tours. « Ce recours s’imposait, confie Me Gilles-William Goldnadel, l’avocat de Laurent Zameczkowski dans les colonnes du Parisien. On parle là d’un candidat qui était à deux doigts de passer au premier tour (il avait récolté 41,97 % des voix contre 21,16 % pour Constance Le Grip, ndlr) et qui, après une campagne devenue carrément hystérique, s’est retrouvé largement battu. Jamais on n’avait vu un tel retournement de situation. Il est évident que les calomnies dont mon client a fait l’objet ont influencé l’issue du scrutin ».

Le candidat En Marche reproche au parti de la députée élue avec 53,81 % des voix au second tour d’avoir « instrumentalisé » la plainte déposée contre lui par son ex-femme suite à des « violences conjugales ». Le candidat avait également été mouillé dans une histoire de compte offshore.

« J’ai d’abord pansé mes plaies. Et puis encouragé par ma famille, mes proches, mes équipes, j’ai décidé de repartir au combat… » confie Laurent Zameczkowski.

Reste maintenant à la justice de trancher.