La tension ne retombe pas à la résidence Louis Blanc. Après un weekend agité où de nouveaux coups de feu se sont fait entendre, un adolescent de quinze ans a été blessé par balle dans la nuit de mardi à mercredi devant cet ensemble HLM de deux tours d’une quinzaine d’étages appartenant à l’office de Courbevoie. Atteint au niveau du bras ses jours ne sont pas en danger. « Ça ne concerne pas l’intérieur de la résidence. Deux bandes de jeunes se sont affrontées devant », confie Daniel Courtès, président de l’office Courbevoie Habitat et adjoint au maire de Courbevoie.

Comme le relate Le Parisien c’est peu avant minuit que les faits se sont produits. Pour un groupe de jeunes qui affirme vivre dans l’immeuble ou dans le quartier il s’agit d’une « simple embrouille qui a dégénéré ». « Deux mecs capuchés sont arrivés et se sont mis à ouvrir le feu au hasard, témoigne pour sa part l’un des jeunes. Le môme n’était pas spécialement visé. En fait, n’importe qui aurait pu recevoir cette balle… ».

Depuis un peu plus d’un mois le climat est très tendu dans cette résidence comprenant 188 logements sociaux, située à deux pas de la tour First et de la future tour Alto. Le 7 mai dernier un homme de 27 ans avait également été blessé par balle sur fond d’un trafic de drogue. Pour lutter contre ces incidents grandissants et un trafic de drogue installé, l’office de Courbevoie a depuis plus d’une semaine fait appel à des vigiles. Et cette présence d’agents de sécurité a entrainé le weekend dernier plusieurs accrochages dont une bagarre avec certains des jeunes qui les qualifient de « milice envoyée par le maire ».

« On va maintenir l’ordre dans la résidence Louis Blanc »

Mais pour le coup de feu de mardi soir, Youssef, l’un des jeunes que nous avons rencontré aux côtés du Parisien, dédouane les agents de sécurité. « Sur ce coup, il faut être honnête, on n’a absolument rien à reprocher aux agents de sécurité. En fait, ce sont eux qui sont allés porter secours au blessé, ils l’ont pris en charge et l’on conduit dans leur local en attendant l’arrivée des pompiers ».

Ces incidents à répétition exaspèrent de plus en plus les habitants. « Tout est monté crescendo. Le problème aurait dû être résolu avant. Aujourd’hui la mairie a pris les devants13 », analyse Saïd, le responsable de la maison du Val Audran, une structure qui s’occupe de jeunes enfants de 6 à 11 ans dont les locaux sont implantés au pied de l’une des deux tours. « Ça fait des années que je travaille ici. J’ai vu beaucoup de jeunes réussir », poursuit Saïd qui affirme que 90 % de ceux qui occupent les halls de la résidence ne sont pas du quartier.

L’enquête qui a été confiée à la police judiciaire des Hauts-de-Seine devrait permettre de connaitre les responsabilités de chacun dans cette nouvelle histoire. En attendant du côté de l’office HLM il n’est pas question que les agents de sécurité s’en aillent. « On va maintenir l’ordre dans la résidence Louis Blanc, promet Daniel Courtès. Aujourd’hui nos halls qui étaient squattés ne le sont plus. Maintenant à l’intérieur c’est fini ». Et Daniel Courtès l’assure, les caméras de surveillance qui avaient été installées avant d’être cassées quelques heures plus tard vont être remplacées.