Le département des Hauts-de-Seine met en vente son siège

Le conseil départemental des Hauts-de-Seine vient de mettre en vente son siège historique à Nanterre.

Le siège du conseil départemental des Hauts-de-Seine en août 2016 - Defense-92.fr

C’est une page qui se tourne dans l’histoire des Hauts-de-Seine. Le conseil départemental –qui a désormais la main sur La Défense– vient de mettre officiellement en vente son siège historique basé à Nanterre. Les potentiels acquéreurs ont jusqu’au 3 avril prochain pour déposer leur offre. La veille 1 500 agents du département auront quitté ce bâtiment (construit entre 1981 et 1985 sous les plans de l’architecte Henri Chauvet) pour l’immeuble accolé à la U Arena.

Situé au 2-16 boulevard Germain-Soufflot à Nanterre, le bâtiment édifié sur un terrain d’un peu moins de 18 000 mètres carrés, haut de cinquante mètres qui jouxte la préfecture dispose d’environ 41 000 mètres carrés répartis sur onze étages ainsi que cinq niveaux de parkings souterrains. Il se compose actuellement de plateaux de bureaux, d’un hémicycle, d’un grand hall, d’un patio, de salles de réunions, d’une cafétéria et de locaux annexes.

L’Etat comme potentiel acquéreur

Un déménagement du département de cet immeuble qui a été motivé pour plusieurs motifs : d’abord car l’acquisition par le département des 31 000 mètres de l’immeuble de l’U Arena avait permis de débloquer financièrement l’opération. Ce transfert permet également au département de regrouper et de réorganiser ses équipes. Considéré comme « une passoire thermique », en octobre dernier par Patrick Devedjian, lors de la réception de l’immeuble de l’U Arena, l’acquisition aura tout de même coûté 200 millions d’euros alors qu’une rénovation de l’Hôtel du département avait été chiffré à 150 millions.

Quand au devenir de l’Hôtel du département, il pourrait être assuré par une reprise de l’Etat, avait confié le président des Hauts-de-Seine. S’il n’est pas certain que l’Etat ait envie de consentir un lourd investissement dans cet ouvrage, il pourrait intéresser les promoteurs privés. Cependant les investisseurs ne seront pas libres d’en faire ce qu’ils veulent. En effet le Plan Local d’Urbanisme (PLU) de Nanterre interdit la construction de logements dans ce secteur.

Le prix de vente n’a lui pas été communiqué par le département qui explique que c’est la consultation des candidats qui le déterminera.