Paris La Défense prend son envol

Le nouvel établissement Paris La Défense issu de la fusion entre Defacto et l'Epadesa est né officiellement ce lundi 1er janvier 2018.

Paris La Défense, le nouvel établissement de gestion, d'aménagement et de promotion de La Défense est est né officiellement ce lundi 1er janvier 2018 - Defense-92.fr

Au revoir Defacto, au revoir l’Epadesa, bonjour Paris La Défense ! Ce premier jour de l’an 2018 marque une nouvelle révolution pour le plus grand quartier d’affaires d’Europe. C’est en effet ce lundi 1er janvier qu’est né Paris La Défense, la nouvelle structure désormais en charge de gérer, d’aménager et de promouvoir le quartier après la fusion de Defacto (le gestionnaire) et l’Epadesa (l’aménageur), plus de deux ans après l’annonce de l’ex-Premier ministre Manuel Valls en octobre 2015. Des compétences supplémentaires seront aussi données à Paris La Défense en matière de vidéoprotection, de propreté de la voirie et de gestion des déchets.

Depuis ce début d’année, les équipes de l’Epadesa et de Defacto ainsi que les engagements contractuels sont transférés à Paris La Défense, à l’exception de l’ensemble des parcs de stationnement qui restera propriété de l’Etat. Les parkings seront cependant mis à disposition du nouvel établissement gratuitement pour une durée de soixante ans. Dans un premier temps les équipes de l’ex-Defacto (environ 130 salariés) vont s’installer dans Coeur Défense avant d’être rejointes par celle de l’ex-Epadesa (110 salariés-actuellement installés à Nanterre-, sachant qu’une trentaine de collaborateurs ont déjà quitté l’établissement) au printemps prochain.

Si le périmètre d’intervention du nouvel établissement n’a pour l’heure pas été clairement établi, il le sera prochainement par un second décret pris par le Conseil d’Etat après consultation des communes. Paris La Défense devrait rependre la zone historique de La Défense soit l’intérieur du boulevard circulaire et quelques secteurs adjacents comme les quartiers Valmy ou des Saisons. Cependant les trois villes ainsi que la Garenne-Colombes pourront confier à Paris La Défense l’aménagement d’une partie de leur territoire « sans exclusivité ». Ainsi l’aménagement du vaste quartier Seine-Arche lancé au début des années 2000 pourra être poursuivi par le nouvel établissement.

Le département des Hauts-de-Seine majoritaire dans la nouvelle structure

Avec Paris La Défense le département des Hauts-de-Seine est désormais représenté majoritairement au sein du conseil d’administration avec neuf sièges sur dix-sept. Les villes de Puteaux, Courbevoie et Nanterre (sur lesquelles est implanté le quartier d’affaires) et celle de Paris seront chacune représentées avec un siège, de même pour la région Ile-de-France, la Métropole du Grand Paris qui y sont associées. L’Etat auparavant majoritaire de l’Epadesa (mais pas de Defacto) est quant à lui représenté minoritairement avec deux sièges notamment par le préfet de région. Deux représentants du personnel de l’établissement pourront assister au conseil d’administration avec voix consultative.

Un premier conseil d’administration aura pour ordre du jour l’élection du président de Paris La Défense. Sans surprise ce devrait être Patrick Devedjian, le président des Hauts-de-Seine et jusqu’alors président de Defacto qui devrait être élu face à la possible candidature du maire de Nanterre Philippe Jarry (ex-président de l’Epadesa). Un second visera la nomination du directeur général de Paris La Défense. Pendant cette période d’intérim, la direction générale est confiée à Marie-Célie Guillaume, l’ex-DG de Defacto.

Par ailleurs, et pour la première fois les usagers du quartier pourront donner leur avis sur le devenir de La Défense au sein d’un conseil de développement réunissant treize membres. Ce dernier qui sera simplement consultatif et devra se réunir au moins une fois par an regroupera quatre représentants de l’Association des utilisateurs de La Défense (AUDE) ; deux représentants de la chambre de commerce et d’industrie de Paris (désignés par son bureau) ; un représentant de la chambre des métiers et de l’artisanat des Hauts-de-Seine (désigné par son assemblée) ; un représentant des associations de commerçants de La Défense (désigné par le préfet des Hauts-de-Seine, après consultation de ces associations) ; un représentant des associations représentant les habitants de La Défense (désigné par le préfet des Hauts-de-Seine, après consultation de ces associations) ; un représentant des associations représentant les usagers des transports de La Défense (désigné par le préfet des Hauts-de-Seine, après consultation de ces associations) ; un propriétaire d’immeuble de bureaux de La Défense (désigné par le préfet des Hauts-de-Seine) ; un propriétaire d’immeuble d’habitation de La Défense (désigné par le préfet des Hauts-de-Seine) et un propriétaire d’autres catégories d’immeubles de La Défense (désigné par le préfet des Hauts-de-Seine).

Dans ses vœux adressés au travers d’une courte vidéo diffusée sur les réseaux sociaux et sur internet, Patrick Devedjian s’est félicité de cette mesure. « En 2018 le département va investir beaucoup d’argent dans le renouvellement de La Défense d’ores et déjà commencé avec le boulevard circulaire », a déclaré l’homme fort du département.

Car au cours des dix prochaines années ce sont plus de 360 millions d’euros qui devront être injectés dans le quartier d’affaires pour le rénover. Ce programme portera en particulier sur la réalisation des travaux de modernisation et de mise aux normes des ouvrages souterrains de la dalle.