Avec les travaux du Grand Paris Express, le chantier du prolongement du RER E vers l’Ouest est le plus important de France. Mis à l’arrêt au début du confinement à cause du Coronavirus (Covid-19), ce méga-chantier jugé « prioritaire » par SNCF Réseau, son maitre d’ouvrage va enfin reprendre après un mois d’interruption « suite à l’accord entre le gouvernement et les représentants du BTP et la publication du guide pratique sécurité sanitaire de l’OPPBTP (Organisme Professionnel de Prévention du Bâtiment et des Travaux Publics) ».

Mais la reprise sera lente et progressive sur les différents chantiers entre Paris Saint-Lazare, l’actuelle extrémité de la ligne E du RER et Mantes-la-Jolie (Yvelines) son futur terminus. Dès ce mardi une poignée d’ouvriers et d’ingénieurs vont ainsi retourner sur le terrain. Dans le secteur de La Défense, le groupement mené par Vinci va reprendre les travaux des tunnels Ouest adjacents entre l’émergence des Groues à Nanterre et la future gare de La Défense. La poursuite du creusement de cette gare cathédrale située sous le Cnit se fera en revanche plus tard. Le second chantier à reprendre sera celui mené par Bouygues à la Porte Maillot. Le géant du BTP va poursuivre la construction de la future gare qui se trouvera sous la place parisienne.

Le chantier à l’arrêt de la gare de la Porte Maillot à la fin de la semaine dernière – DR

Une reprise progressive du chantier

« Le nombre de compagnons sera réduit et augmentera progressivement dans les jours et semaines à venir », explique Armelle Lagrange, directrice des relations institutionnelles et de la communication à la mission Eole chez SNCF Réseau. Concrètement les ouvriers seront dotés en plus de leurs équipements de sécurité habituels (casques, gants, chaussures de sécurité, lunettes, gilets fluorescents…) de masques. Les ouvriers devront également respecter les gestes barrières comme les distances de sécurité entre deux personnes.

Le redémarrage des autres chantiers « est en cours de calage » et se fera « pour les semaines suivantes », détaille Armelle Lagrange. Virginie, le tunnelier qui dévore actuellement le sous-sol parisien entre La Défense et la gare Saint-Lazare va rester à l’arrêt quelques temps encore. La taupe d’acier a été stoppée à Neuilly-sur-Seine, au niveau du puits « Gouraud », quelques temps après avoir franchi la Seine.

Cette interruption de plusieurs semaines du chantier d’Eole pourrait avoir des conséquences sur la date de mise en service de la ligne prolongée même si pour l’instant la SNCF n’apporte pas de précision. Le calendrier actuel prévoit une mise en service en deux temps de la ligne prolongée. La première étape se fera fin 2022 avec l’ouverture du tronçon entre Paris Saint-Lazare et Nanterre. La ligne gagnera alors trois nouvelles gares : Paris Porte Maillot, La Défense et Nanterre La Folie. Fin 2024, la ligne filera ensuite vers Mantes-la-Jolie en utilisant l’actuelle branche « 5 » de la ligne J du Transilien.