Vinci ne va pas que construire les gares Eole de La Défense et Nanterre. Vinci Energies s’est vu attribuer deux contrats pour le prolongement du RER E vers Mantes-la-Jolie via La Défense pour un montant proche de 40 millions d’euros, a fait savoir la filiale du géant du BTP.

Le premier contrat a été confié au groupement constitué de SDEL Infi (filiale de VINCI Energies, avec ses entreprises SDEL Transport Grands Projets, SDEL Rail, SDEL Transport Services et Actemium Paris Transport) et d’Eiffage Energie Systèmes Ferroviaires. Il porte sur la réalisation des courants forts et courants faibles des gares de la Porte Maillot et de La Défense, ainsi que des neuf puits et du tunnel de huit kilomètres reliant la gare d’Haussmann Saint-Lazare, l’actuel terminus de la ligne à la future gare de Nanterre-la-Folie.

Avec ce contrat le groupement procédera à l’installation d’équipements haute et basse tension alimentés par huit postes de livraison 20KV et six postes de transformation. « Pour les courants faibles, il consiste en la mise en œuvre du réseau de fibre optique, du réseau voix-données-images, de la vidéosurveillance, de la téléphonie, de la généphonie, du contrôle d’accès, de la détection intrusion ainsi que de la gestion technique centralisée. Enfin, il inclue également l’éclairage architectural et fonctionnel des deux nouvelles gares, ainsi que l’éclairage de sécurité du tunnel et des neuf puits de ventilation », précise l’entreprise.

Le second marché confié au groupement composé de SDEL Infi et de Siemens Building Technologies IdF, sera un contrat de régénération en quatre ans des installations de sécurité incendie des gares parisiennes existantes (Haussmann Saint-Lazare et Magenta) de la ligne RER E, ainsi que le déploiement des installations de sécurité incendie sur le prolongement de cette ligne entre Haussmann et La Défense. « Pour garantir le maintien en exploitation des gares existantes, SDEL Infi s’est démarquée en proposant une méthodologie spécifique de basculement des installations existantes vers les installations nouvelles. Un hyperviseur assurera le contrôle et le pilotage de l’ensemble du système sécurité incendie, GTC, ventilation, sonorisation, téléphonie et vidéo », explique l’entreprise qui indique que le groupement assurera ensuite la maintenance de ces installations pendant trois ans.