Un an après, la Paris La Défense Arena s’est fait sa place

Inaugurée il y a tout juste un an avec les trois concerts des Rolling Stones, la Paris La Défense Arena est devenue en une année une salle incontournable pour les grands artistes.

L'un des concerts des Rolling Stones en octobre 2017 à la Paris La Défense Arena - DR

C’était il y a tout juste un an. Après un coupé de ruban, suivis trois jours plus tard des trois concerts inauguraux des Rolling Stones, la Paris La Défense Arena (PLDA) devenait la plus grande salle de spectacle de France. Un an après l’enceinte ultra-moderne a fêté la semaine son premier anniversaire. Depuis la grande enceinte multimodale, terre du Racing 92, s’est fait sa place et s’est imposée comme étant la nouvelle plus grande salle de spectacle française, hors stade. Certes encore bien loin des 150 à 200 événements organisés chaque année à l’Accor Hôtels Arena (ex Palais omnisports de Paris-Bercy), la PLDA avec ses 40 000 places en mode concert (contre 20 300 pour Bercy), est devenue le point de rendez-vous pour les plus grands artistes nationaux et internationaux.

Un objectif d’un million de spectateurs pour cette nouvelle saison

Des Stones à Booba et Roger Waters, du Supercross au Stars 80, l’ex-U Arena a attiré plus de 500 000 spectateurs entre son inauguration en octobre 2017 et juin dernier. Après une première année un peu timide en événements, la PLDA a aujourd’hui trouvé son rythme de croisière et les responsables de l’enceinte ambitionnent pour cette saison en cours (du 1er juillet 2018 au 30 juin 2019) d’attirer le million de spectateurs.

« On a fait un pari fou d’ouvrir une salle de spectacle de 40 000 personnes », confie Bathilde Lorenzetti, la vice-présidente de la société gestionnaire de la salle. »Quand on a signé le contrat pour les Rolling Stones, nous n’avions pas de toit, se rappelle t-elle. Il a fallu convaincre que l’on était une salle avec des volumes importants ».

« Notre enjeu en tant que salle c’est de se positionner à l’international, mais aussi de plaire au public. On est avec un modèle économique où il y a une grosse concurrence. Et parfois il y a des batailles qui sont féroces pour obtenir des événements. Aujourd’hui on commence déjà à programmer des événements pour 2020 et même pour 2021, explique pour sa part Damien Rajot, le directeur de la salle. C’est bien pour notre pays d’avoir une salle comme çà ».

De nombreux événements pour 2019

Pour cette seconde saison, l’arena va pouvoir compter sur plusieurs grosses dates comme les huit concerts de Mylène Farmer, mais aussi celles de P!nk et Soprano. Un autre gros événement viendra dans un peu plus de cinq ans faire rayonner l’arena à travers le monde. « C’est une salle pour les Jeux Olympiques de 2024, puisqu’il est prévu d’y accueillir les épreuves de gymnastique », se réjouit Damien Rajot.

Mais la Paris La Défense Arena ce n’est pas que des événements grand public. L’enceinte qui offre une capacité de 15 000 à 40 000 places selon sa configuration entend aussi attirer de grandes entreprises pour des opérations privées comme des séminaires.

Une programmation qui a d’ores et déjà permis à la structure en charge de la gestion de l’enceinte d’atteindre un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros. Renommée au début de l’été dernier la « Paris La Défense Arena », le contrat de naming avec l’établissement public Paris La Défense a permis à la structure d’encaisser une jolie somme de 30 millions d’euros sur les dix prochaines années.