C’est une histoire rocambolesque que connait la SNCF. Programmée depuis des mois pour mener d’importants travaux sur les voies, la fermeture de la gare SNCF de La Défense n’a finalement servi à rien ou presque… Alors que l’entreprise ferroviaire ambitionnait depuis un an de réaliser un renouvellement des voies et du ballast sur plusieurs centaines de mètres sur les voies 1 à 3 de la gare de La Défense, entrainant l’interruption de circulation des trains sur une bonne partie des lignes L Sud et U, ces travaux ont dû être annulés pour une raison plutôt surprenante.

La raison de cet énorme couac ? L’entreprise en charge du chantier, Eiffage Infrastructure, a prévenu qu’elle n’était pas en mesure de les réaliser, a indiqué SNCF Réseau au Parisien, confirmant une information de la publication spécialisée Mobilettre. En effet, Eiffage Infrastructures, n’a pas pu trouver les ressources pour le réaliser. D’après les informations du Parisien, il leur manquait notamment des locomotives et des conducteurs (il faut des trains spécifiques pour ces gros travaux, afin de transporter des rails de 36 mètres pesant plus de deux tonnes chacun).

Mais alors pourquoi la SNCF n’a-t-elle pas décidé de rétablir le trafic ce weekend sur les lignes L Sud et U après avoir été avertie par Eiffage ce mercredi ? Tout simplement car ce chantier prévu de très longue date a engendré une réorganisation par la SNCF de son plan de transport pour le weekend. Il était donc impossible pour la SNCF de remobiliser ses conducteurs et de refaire tout un plan de circulation. « Il aurait fallu une dizaine de jours pour revoir tous les plannings des agents de conduite, cela concernait une centaine de personnes », précise la SNCF au journal.

Mais à la SNCF on relativise : « Cette coupure n’est pas inutile ». L’entreprise en profitera pour réaliser certains travaux de signalisation entre La Défense et le terminus Paris Saint-Lazare. Quant aux travaux de renouvellement des voies et du ballast, ils seront reprogrammés lors d’une autre coupure dans plusieurs mois. En espérant que cette fois-ci tout se passe bien et que personne ne fasse faux bond.

« C’est inacceptable de la part d’une entreprise qui va mener plusieurs centaines de chantiers (notamment pour Eole) dans la région dans les prochaines années », réagit pour sa part Ile-de-France Mobilités, l’autorité organisatrice des transports en Ile-de-France.