La ville de Puteaux ne lâche rien. Confirmé par la préfecture au cours de l’été le transfert d’une grande partie des activités du commissariat de Puteaux vers celui de La Défense ne passe toujours pas. Partie en bataille contre l’État pour « sauver » son commissariat, la maire Les Républicains de Puteaux, Joëlle Ceccaldi-Raynaud en appelle une nouvelle fois dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron pour plaider sa cause.

Reçue il y a quelques jours par le préfet de police de Paris Didier Lallement, l’édile n’a pas caché sa déception d’avoir eu confirmation de la fermeture du commissariat un temps prévue début septembre et désormais repoussée à une date non connue. « Je suis [donc] très déçue du traitement accordé à ce sujet sérieux alors qu’à plusieurs reprises vous aviez affirmé que la sécurité faisait partie de vos priorités », écrit Joëlle Ceccaldi-Raynaud dans son courrier.

Pour défendre son souhait de voir maintenue l’intégralité des activités du commissariat de Puteaux de jour comme de nuit, la maire met en avant son positionnement « très atypique » par rapport à celui de La Défense. « Ce dernier est situé sur une dalle difficile d’accès », explique-t-elle.

« Ce désengagement évident et le traitement léger de la situation par vos représentants m’étonnent. Ils ne font que confirmer la contradiction que j’avais préalablement soulignée entre votre volonté d’assurer le maintien des services publics élémentaires dans les territoires en partenariat avec les maires, et cette décision unilatérale prise sans la moindre considération », s’agace Joëlle Ceccaldi-Raynaud.

Enfin l’édile affirme recevoir le soutien de ses administrés dans une pétition qu’elle a lancée et qui a recueilli à ce jour un peu plus de 10 000 signatures.