C’est une véritable bataille que vient d’engager la mairie de Puteaux contre l’État. Ce dernier doit lancer à la rentrée prochaine un plan de mutualisation des effectifs de ses commissariats parisiens. Dans les Hauts-de-Seine de seine la Préfecture de police de Paris (PPP) veut notamment fusionner le commissariat de Puteaux avec celui de La Défense. En journée, le commissariat implanté dans le bâtiment de l’hôtel de ville de Puteaux passerait de 70 policiers à une dizaine et la nuit il serait tout bonnement fermé.

De quoi hérisser le poil de Joëlle Ceccaldi-Raynaud (LR), la mairie de Puteaux qui a lancé une pétition auprès de ses habitants. Cette dernière aurait déjà reçu plus de 4 000 signatures selon la mairie. « Cette décision, prise au mépris de la sécurité des putéoliens, n’est pas acceptable. C’est pourquoi nous vous invitons à tous vous mobiliser en signant la pétition », écrit la ville sur son site internet.

« Cette décision de fermeture du commissariat la nuit et la baisse des effectifs le jour est d’autant plus choquante qu’elle ne touche, dans tout le département des Hauts-de-Seine que la seule commune de Puteaux et ses 45 000 habitants », s’alarme la ville.

Sur sa page Facebook, l’édile de Puteaux a révélé un courrier qu’elle a adressé le 2 juillet dernier à Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur afin de lui demander une audience pour faire annuler cette décision.

« Les policiers prendront leur service à La Défense mais ils continueront à patrouiller à Puteaux »

Du côté de la préfecture on tente d’être rassurant. « Ceux que l’on veut faire c’est rapprocher et à terme fusionner les entités de La Défense et Puteaux pour faire des économies de moyens afin de mettre davantage de policiers sur le terrain », argumente Mathieu Duhamel, le directeur de cabinet à la préfecture des Hauts-de-Seine.

Mais alors que Joëlle Ceccaldi-Raynaud s’inquiète de l’absence à venir de policiers la nuit pour relever les plaintes de ses administrés, la préfecture tempère. « En regardant l’activité du commissariat la nuit on constate qu’en moyenne en 2018, on a une personne qui est accueillie. Et sur toutes les personnes qui sont accueillies, il y en a moins de la moitié qui portent plainte », assure Mathieu Duhamel qui estime que ces effectifs seront plus utiles à patrouiller sur la voie publique.

Et les services de l’État le promettent : le commissariat de Puteaux ne sera pas fermé à terme, mais il sera en revanche réorganisé avec un commandement unique et un seul commissaire. Ses effectifs fixes passeront de 70 à une petite dizaine. Les soixante policiers dévoués aux patrouilles seront désormais rattachés au poste de La Défense qui compte actuellement 80 fonctionnaires contre près de 200 au début des années 90. « Les policiers prendront leur service à La Défense mais ils continueront à patrouiller à Puteaux, et à fortiori la nuit », précise Mathieu Duhamel qui exclut toute « réduction de la présence policière » à Puteaux.