Ira, n’ira pas. Alors que Jacques Kossowski (Les Républicains), maire de Courbevoie depuis 1995 laisse toujours planer le doute quant à une éventuelle candidature pour les prochaines municipales en mars prochain, en coulisse on se prépare pour lui succéder. Sa première adjointe depuis 2014, Marie-Pierre Limoge (UDI) espère bien prendre le relais.

Engagée politiquement en 2001, Marie-Pierre Limoge a fait ses premiers pas en tant que conseillère municipale, délégué à la ville et au quartier. « C’est moi qui ai mis en place les découpages des quartiers avec les premiers conseils », met en avant l’actuelle adjointe de 55 ans. Lors des élections suivantes, celles de 2008, l’adjointe de Jacques Kossowski s’était vue confier la délégation au scolaire et au périscolaire et c’est enfin en 2014 que Marie-Pierre Limoge deviendra première adjointe. Un an plus tard, elle obtiendra un mandat de conseillère départementale.

Le très probable renoncement de Jacques Kossowski à se représenter est donc l’occasion pour Marie-Pierre Limoge de prendre le siège. « C’est une démarche de continuité par rapport à mon investissement dans ma ville et mon attachement, confie Marie-Pierre Limoge. Mon investissement a toujours été local plus que partisan ».

Si pour l’instant Marie-Pierre Limoge n’a pas de programme à dévoiler elle révèle les « trois grosse catégories » des grandes lignes de son projet. « Il y a le premier volet qui est la sécurité, la tranquillité et la qualité de vie. C’est la condition sinequanone du vivre ensemble », explique-t-elle. « Le volet éducation doit être très fort car c’est une compétence de la ville d’intervenir sur le scolaire et le périscolaire car il faut préparer les enfants à réagir avec le maximum de bagage au monde qui vient et qui bouge très vite », poursuit-elle. « Enfin le troisième pilier c’est évidement l’environnement. On est une ville qui n’est pas endormie sur ces sujets. Il faut agir sur cette continuité », précise Marie-Pierre Limoge qui dit vouloir souhaiter poursuivre l’objectif d’une « ville décarbonnée ».

« Moi je revendique vraiment l’héritage d’une ville attractive »

Et pour Marie-Pierre Limoge pas question de faire table rase de son passé à la mairie. « Moi je revendique vraiment l’héritage d’une ville attractive qui prend soin de chacun de ses habitants et qui ne s’endort pas. On est une des « villes phare » de la région. On a lancé pendant ce mandat de nombreux projets forts », assure Marie-Pierre Limoge.

Dans sa liste Marie-Pierre Limoge espère réunir une partie de l’équipe municipale sortante « car il y a des gens qui ont entrepris des choses et qui doivent les continuer », explique-t-elle, mais aussi des citoyens non encartés. « Je pense que c’est ça que les gens attendent. On doit refléter la diversité de cette ville dans une liste qui réunit des gens volontaires et engagés pour leur ville et porteurs de compétences différentes », explique Marie-Pierre Limoge.

Face à elle il y a déjà quelques candidats déclarés. Aurélie Taquilain, l’ancienne adjointe de Jacques Kossowski (et ex Les Républicains) investie par La République en Marche (LREM), espère aussi prendre sa place. Et cette dernière n’avait pas hésité dans notre dernier article à son sujet à tacler son ex-collègue Marie-Pierre Limoge sur le fait qu’elle avait perdu le canton sud aux cantonales de 2008. « C’était pas du tout le même canton à l’époque. A l’époque le contexte politique n’était pas du tout le même. Il y avait le sujet de la tour Phare qui a complètement perturbé l’élection. On avait une tour qui était localisée à Puteaux mais qui avait un impact sur Courbevoie avec notamment la destruction de la passerelle. Au final les habitants y ont gagné puisque la tour ne se fait pas et la passerelle reste en place », se défend Marie-Pierre Limoge.