C’est une scène habituelle qui se déroule quotidiennement sur la vaste dalle de La Défense. Tous les jours des dizaines de milliers de salariés se dirigent d’un pas pressé des transports en commun vers leur tour. Si le midi le rythme est moins soutenu, le quartier d’affaires est une véritable fourmilière où tout le monde s’active. La Défense symbole de l’économie française avec ses centaines de sociétés mais aussi temple de la consommation avec son centre commercial Westfield Les 4 Temps a régulièrement été la cible des écologistes comme en avril 2019 avec la « République des pollueurs » et en novembre 2019 contre le Black Friday.

Et c’est dans le cadre d’un mois de mobilisation qu’Extinction Rebellion (ER) a décidé de revenir ce mardi au pied des tours du quartier d’affaires de l’Ouest parisien. Mais cette fois-ci pas avec une action de blocage des boutiques ou d’envahissement des halls des tours mais pour une « Marche lente » alors qu’au même moment d’autres ont tenté de pénétrer au sein du ministère De La Transition écologique, rue de Grenelle à Paris. Durant douze heures, entre 8 et 20 heures, une poignée d’activistes ont voulu par leur geste marcher à « contre-courant du rythme effréné de nos sociétés ».

Tour à tour les militants ont porté sur leur dos un grand globe terrestre pour symboliser « la responsabilité que l’homme a sur le monde » et ont arpenté le parvis d’un pas très très lent. « Cette marche c’est pour questionner sur le temps. Souvent on à l’habitude d’aller vite, beaucoup trop vite et on ne se pose pas la question de ce que l’on fait et pourquoi. Du coup on invite les gens à ralentir et à prendre leur temps pour savoir où ils veulent aller », explique le militant « Leth ». Au fil de la journée d’autres membres d’ER sont venus animer cette marche avec « des tableaux » comme les « Red Rebelles » qui ont effectué une danse artistique. Cette marche symbolique et pacifique sera accompagnée de trois autres jusqu’à vendredi dans divers lieux de la capitale.