Fin de la douche froide pour les milliers d’habitants de La Défense et d’une partie de Nanterre. Après cinq jours de coupure, l’eau chaude a été rétablie dans la nuit de vendredi à samedi pour les quelques 10 000 logements et 150 immeubles de bureaux raccordés au réseau d’Enertherm, le concessionnaire de la chaleur et de l’eau glacée du quartier d’affaires.

Débutée lundi matin cette coupure annuelle qui était programmée jusqu’au dimanche 11 août aura donc duré moins longtemps que prévu. Programmée tous les étés depuis la construction de la centrale dans le milieu des années 60 à Courbevoie, la coupure jugée « indispensable » par Stéphane Montanari, le directeur commercial du concessionnaire, a permis une révision des deux usines et des quelques 24 kilomètres du réseau de chaleur.

Le concessionnaire Enertherm est depuis 2001 l’adjudicataire de la concession du réseau de chaleur et d’eau glacée d’une partie de La Défense et de Nanterre auprès de Sicudef, l’autorité délégante représentant Courbevoie, Nanterre, Puteaux et le Département des Hauts de Seine. Depuis 2008, une seconde centrale à Nanterre raccordée à la première de Courbevoie par un tunnel d’1,5 kilomètre, a été mise en service par Enertherm. Fonctionnant principalement depuis 2017 à la biomasse et au fioul en appoint, les centrales de Courbevoie et de Nanterre sont équipées de quatre générateurs d’eau surchauffée (dont deux placés « sous cocon » depuis 2010) et de deux générateurs à vapeur. Leur puissance totale est de 296 MW, précise Enertherm sur son site internet.