C’est un type d’agression qui n’est pas une première et malheureusement ne sera pas une dernière… Un homme accusé d’agression sexuelle sur une jeune femme dans le tramway T2 a été condamné à de la prison ferme par le tribunal de Nanterre, rapporte nos confrères de la Gazette de La Défense.

Le 19 octobre dernier, en pleine heure de pointe du matin, la jeune victime monte comme à son habitude dans une rame bondée du tramway T2 à Colombes pour se rendre sur son lieu de travail à La Défense. Mais le trajet va virer au cauchemar pour elle. Durant son voyage la jeune femme, remarque que l’homme derrière elle a sorti son sexe de son pantalon pour se masturber contre elle. « J’ai senti quelque chose de dur et chaud », a-t-elle expliqué devant les juges. Malgré ses cris, personne n’a réagi. Après avoir donné un coup de poing à ce pervers, la jeune femme a le réflexe de le prendre en photo avec son téléphone.

Une fois sortie de la rame, la victime alerte des agents de la RATP. Mais il est trop tard son agresseur est déjà loin. « Je suis arrivée en retard au travail et quand j’ai expliqué pourquoi à mon patron, il m’a dit que c’était très grave, et qu’il fallait absolument que je porte plainte », a détaillé la victime devant la barre.

Plus tard dans la matinée elle découvre avec effroi des taches sur son pantalon noir. « Je l’ai lavé, je ne pouvais pas le garder toute la journée », confie-t-elle, au magistrat. Salie, elle va alors s’acheter un nouveau pantalon durant sa pause-déjeuner. Et c’est une fois sa journée de travail achevée qu’elle décide d’aller déposer plainte au commissariat de Colombes.

Dix-huit mois de prison ferme avec mandat de dépôt

Une semaine après son agression, la jeune femme recroise son agresseur dans le tramway. « J’ai appelé mon patron, je ne savais pas quoi faire. Il m’a dit de m’éloigner. La police aussi, parce que ça pouvait me mettre en danger », rapporte La Gazette. Mais la femme, courageuse, décide d’intervenir en l’attrapant par sa capuche et en l’amenant à des agents sur le quai.

Le prévenu originaire du Soudan, impassible nie lui les faits. Examiné par une psychologue cette dernière qui a estimé qu’il était apte à être jugé a cependant noté son « caractère psychopathe et antisocial ».

Le frotteur qui comparaissait libre a été condamné à dix-huit mois de prison ferme avec mandat de dépôt. A sa libération l’homme sera interdit de territoire. Enfin il devra dédommager financièrement sa victime. Mais là, le montant ne sera évalué qu’en novembre prochain.

En cas d’agression, d’harcèlement, de vol ou encore d’événements graves dans les transports en commun d’Ile-de-France, les voyageurs et voyageuses peuvent alerter les forces de l’ordre en temps réel en appelant le 3117 ou en envoyant un sms au 31 117 ou sur l’application « Alerte 3117 »