Avec le tourisme, le secteur de l’événementiel est l’un des plus durement touchés par la crise du Coronavirus. Depuis mars dernier presque tous les grands événements en France, qu’il s’agisse des concerts, festivals ou salons ont été annulés mettant en grandes difficultés tout un pan de l’économie.

Aujourd’hui les professionnels de l’événementiel ne cachent plus leur vive inquiétude. « La France subit de plein fouet les conséquences du Covid-19 menaçant des secteurs d’activité entiers directement liés aux rassemblements de publics divers, au premier rang desquels l’évènementiel et le spectacle : premiers arrêtés, et derniers à pouvoir repartir, faute de la visibilité indispensable à la reprise », s’est exprimé le Syndicat Synpase qui a lancé du 14 au 18 septembre l’opération « Alerte rouge ».

Avec cette « Alerte Rouge », le secteur de l’événementiel entend « mettre en lumière » son savoir-faire et de sensibiliser le Gouvernement ainsi que les décideurs et élus des territoires au « drame économique et social qui s’annonce » et demande la mise en place d’un « plan de soutien spécifique aux TPE/PME de l’événementiel et du spectacle ».

Laissant craindre des faillites en cascade des sociétés de l’événementiel le Synpase prévient que sans ces entreprises techniques il n’y aura « point de concerts, de festivals, d’événements professionnels ».

Si la Paris La Défense Arena a retrouvé son premier match de rugby la semaine dernière en attendant la rencontre de boxe entre Tony Yoka et Johann Duhaupas la semaine prochaine, la grande enceinte a vu un paquet de ses événements annulés ou reportés la mettant elle aussi en difficultés. Comme d’autres nombreux bâtiments publics ou privés en France, les 600 écailles de l’arena se sont donc colorées de rouge.