Nanterre à l’honneur du nouveau film « Neuilly sa mère, sa mère »

La nouvelle comédie de Gabriel Julien-Laferrière, "Neuilly sa mère, sa mère" qui sortira en salle le 8 août prochain met à l’honneur la ville de Nanterre, enjeu d’un intense combat politique...

Une grande partie de la suite de Neuilly sa mère a été tourné à Nanterre, cité Pablo Picasso - DR

Ils ont franchi la Seine… En 2009 les français découvraient dans « Neuilly sa mère ! » le jeune Sami Ben Boudaoud, 14 ans, contraint de quitter sa cité de Maurice-Ravel à Chalon-sur-Saône pour aller vivre chez sa tante, à Neuilly-sur-Seine, dans la très riche famille des Chazelle. Un changement de vie pas de tout repos pour l’ado. Dès le premier jour, Charles, son cousin du même âge, le prenait en grippe en l’accueillant avec cette phrase culte « Ma chambre, tu l’aimes ou tu la quittes », en référence à la réplique de son idole Sarkozy « La France tu l’aimes ou tu la quittes ». Son adaptation à la vie dans cette ville aux codes bien particuliers aura alors fait mourir de rire les spectateurs.

Dix ans plus tard ils sont de retour et les choses ont bien changé dans « Neuilly sa mère, sa mère », devant sortir ce mercredi 8 août dans les salles obscures. La défaite de Sarkozy face à Hollande en 2012 plongea Charles dans une profonde déprime. En revanche pour Sami, tout va bien, il est toujours avec la belle Marie, qu’il a conquis à la fin du premier film et étudie brillamment à Science-Po. Mais un beau jour de 2018, le père de Charles, Stanislas est empêtré dans une sombre affaire de maltraitance animale dans l’usine de son entreprise « Porc Ever » et est accusé de détenir des comptes au Panama. La famille va alors devoir fuir en urgence sa luxueuse demeure neuilléenne pour se réfugier dans l’appartement de Sami et sa mère, dans l’une des tour Aillaud, à la cité Pablo Picasso de Nanterre. Un électrochoc pour Charles, bien décidé à reprendre du poil de la bête en se lançant aux élections municipales de Nanterre annulées le Conseil constitutionnel…

Les tours Aillaud à l’honneur de cette suite

Réalisé de nouveau par Gabriel Julien-Laferrière et produit par Djamel Bensalah, cette suite réussie, drôle du début à la fin (générique compris) et très ancrée dans l’actualité, remet à l’affiche le casting d’origine avec le brillant Samy Seghir, le drôlissime Jérémy Denisty sans oublier Denis Podalydès ou encore Valérie Lemercier. Un casting complété par les deux socialistes Julien Dray et Arnaud Montebourg, le journaliste de BFMTV et RMC, Jean-Jacques Bourdin et le célèbre avocat Maitre Dupont-Moretti, qui incarnent avec succès leur propre rôle, non sans une dose d’autodérision.

Mais la nouvelle star du film ce n’est plus Neuilly mais bien Nanterre avec ses célèbres tours Aillaud. La plus grande ville des Hauts-de-Seine où est implantée une partie de La Défense devient le centre de tous les enjeux politiques. D’ailleurs dans cette fiction tournée à l’automne dernier, exit Puteaux et Courbevoie puisque le quartier d’affaires est complètement avalé par Nanterre. Si les personnages politiques cités ou apparaissant dans la comédie existent bel et bien, Patrick Jarry, le véritable édile de Nanterre n’est en revanche jamais mentionné.

Cette suite tordante sera projetée mardi 7 août à 20 heures en avant-première avec une partie de l’équipe du film dont Djamel Bensalah, Samy Seghir, Steve Tran et Bayou Sarr. Les réservations peuvent se faire sur le site Ugc.fr