Vieillotte avec ses nombreux pavés cassés, la place de La Défense véritable lieu central du quartier d’affaires va faire l’objet d’une profonde métamorphose. Présenté à la fin 2017 le projet de rénovation de cette place d’environ deux hectares, couture entre le parvis et l’esplanade de La Défense a pris pas mal de retard en raison de difficultés techniques. Légèrement revu, le programme est entré dans sa phase finale puisque l’établissement public Paris La Défense qui est en charge d’aménager et gérer le quartier d’affaires a lancé cet été les consultations en vue d’attribuer les quatre différents lots de travaux.

Construite au début des années 70 par-dessus le parking Centre et la fameuse Cathédrale engloutie et ses bassins, la place fût aménagée dans sa configuration actuelle une dizaine d’années plus tard. Avec quarante ans au compteur, la place de La Défense a pris un sacré coup de vieux. Pour lui redonner une nouvelle splendeur l’aménageur de La Défense a fait appel à l’urbaniste Base. Si l’esprit d’usage de la place va rester le même avec beaucoup de minéral, puisque le lieu est très fréquenté par les piétons, une part belle sera faite au végétal.

Outre le revêtement du sol qui sera totalement revu et changé par plusieurs types de bétons clairs alliant des bandes foncées et des incrustations d’étoiles de mer en laiton, quelques grosses modifications seront apportées. Le plus significatif sera la suppression du Mastaba, cette plateforme en béton qui entoure la grande verrière servant d’accès à la gare de La Défense. Il sera remplacé par du gazon et des arbres. La grande pelouse de plus de 1 500 mètres carrés sera simplifiée faisant disparaitre l’œuvre « Arc déplacé » de l’artiste Christine O’Loughlin. Pour apporter un peu plus de verdure à ce lieu très minéral, Paris La Défense ajoutera plusieurs nouveaux végétaux dont des arbres, des arbustes et divers plantations. Côté éclairage les actuels candélabres seront remplacés par huit nouveaux grands mats plus modernes et designs.

C’est l’agence Base qui a imaginé la nouvelle place de La Défense. Voilà à quoi elle devrait ressembler à l’été 2022 – DR

Alors qu’il était prévu dans la première version du projet d’insérer un grand médaillon métallique décoratif surplombant l’accès au parking Centre, l’idée a finalement été abandonnée. L’accès au parc de stationnement sera cependant simplifié grâce au rehaussement des ascenseurs qui desserviront désarmais la place. A contrario, un escalier d’accès au parking, très peu utilisé sera définitivement condamné.

La place de La Défense et ses 20 000 mètres carrés qui concentre le plus d’œuvres d’art dont la magistrale « Araignée rouge » de Calder et les « Deux personnages fantastiques » de Miró va en perdre quelques autres moins connus. Il y aura donc l’« Arc déplacé » de l’artiste Christine O’Loughlin mais aussi « Le Visage » de Fabio Rietti qui orne un petit podium attenant au Mastaba. Sur ce Mastaba justement qui disparaitra, les bancs signés de l’architecte Émile Aillaud (à l’origine des tours du même nom à Nanterre) seront pour certains réimplantés approximativement au même endroit. La pyramide noire d’Émile Aillaud qui vient accompagner dans l’œuvre originale les bancs ne fera pas partie de la nouvelle version de la place.

Estimé à près de dix-huit millions d’euros, le chantier de mutation de la place devrait débuter avant la fin de l’année, une fois les marchés attribués aux différents corps d’état. Les travaux qui s’effectueront par phasages devraient s’achever à l’été 2022.

La place d’environ 20 000 mètres carrés sera entièrement rénovée d’ici l’été 2020 – DR