Les fermetures d’agences bancaires se multiplient à La Défense. Dernière en date, celle d’une succursale de la Société Générale. La banque surnommée « La banque de La Défense » par son implantation dans le quartier d’affaires a fermé le 22 octobre dernier son agence du cours Michelet, au pied de l’immeuble Galilée.

Ce « transfert d’activité » comme préfère l’appeler la Société Générale est la conséquence d’un vaste projet immobilier à venir mené par Unibail-Rodamco-Westfield (URW), le propriétaire de l’immeuble. Si le projet Oasis, qui prévoyait l’édification d’un énorme gratte-ciel à la place de Galilée a été abandonné par URW, la foncière compte toujours rénover cet immeuble construit en 1986. Une rénovation qui entraine donc la fermeture des quelques commerces installés au pied du bâtiment et de facto de l’agence bancaire.

Ce n’est pas la première agence de la Société Générale à fermer dans le quartier d’affaires. Très implantée la banque française avait été contrainte il y a un peu plus de neuf ans à abandonner son agence de la Galerie de la Coupole en raison de la condamnation de cette dernière. Plus récemment, c’est l’agence localisée au pied de la tour W qui avait été fermée. Il ne reste désormais plus que trois agences Société Générale sur la dalle de La Défense : celle au pied de la tour Ariane, celle du centre Westfield Les 4 Temps et enfin celle du siège de la banque dans le quartier Valmy.

Si l’agence est fermée depuis plus de deux mois déjà, le distributeur automatique de billets (DAB) reste lui toujours accessible pour le moment. La disparition à venir de ce distributeur avait été anticipé en début d’année par l’assureur Allianz qui a installé à quelques dizaines de mètres de là une machine au pied de son siège.