La Défense cible privilégiée des terroristes

D'après France 3 Midi-Pyrénées qui s'est procuré un rapport du ministère de la défense, le quartier d'affaires de La Défense ferait partie de l'un des sept sites évoqués par les terroristes de Daesh pour une attaque.

Un militaire en faction dans le quartier de La Défense en novembre 2015 - Defense-92.fr

Le quartier d’affaires de La Défense est une cible potentielle pour les terroristes, ce n’est pas une surprise. Et certains mêmes redoutent une attaque à venir mais reste l’inconnue de savoir quand où et comment. D’après France 3 Midi-Pyrénées qui s’est procuré un document confidentiel du ministère de la défense, le quartier d’affaires de La Défense ferait partie de l’un des sites évoqués dans le milieu des djihadistes sur internet. Après avoir passé à la moulinette des millions de mots échangés sur internet dont les réseaux sociaux par des personnes placées sous surveillance, les services de renseignement ont pu établir une carte de la menace terroriste en France. Et c’est le quartier de La Défense qui s’avère ressortir souvent des échanges des terroristes de Daesh qui projetterait une attaque par un drone ou un avion piégé.

Ces sites pourraient faire l’objet, d’après le document consulté par France 3, d’attaques coordonnées et simultanées, comme celles du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, et géographiquement dispersées sur le territoire français.

Le 24 novembre 2015, le procureur de la République de Paris, François Molins avait révélé que deux terroristes dont Abdelhamid Abaaoud tué par les forces de l’ordre lors de leur assaut dans un appartement de Saint-Denis avaient pour projet de commettre une attaque kamikaze en se faisant exploser le 18 ou 19 novembre à La Défense.

Les autres sites potentiellement menacés seraient la zone portuaire de Marseille-Fos (Bouches-du-Rhône) là aussi avec un drone ou avion piégé, la zone aéroportuaire de Toulouse (Haute-Garonne) avec un attentat suicide et une fusillade, la zone des hydrocarbures de Lyon-Sud (Rhône) avec une voiture piégée, le parlement européen de Strasbourg (Bas-Rhin) avec une fusillade, un musée de Lille (Nord) avec un attentat suicide et le pont de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) cette fois-ci sans scénario d’attaque indiqué.