Le projet du futur siège de Total ne serait pas bloqué mais ajourné

Annoncé par Les Echos comme étant bloqué, le projet de construction des tours The Link serait simplement retardé de quelques mois.

Confusion autour du projet des tours The Link, futur siège de Total porté par l’assureur Groupama. Alors qu’une information du journal Les Echos faisait état d’un blocage de la demande du permis de construire par le préfet de région Michel Cadot des tours The Link, le projet serait en réalité simplement ajourné selon l’AFP.

Dans un courrier daté du 3 janvier dernier envoyé par le préfet à la maire de Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud, (ville où sera implanté le projet), Michel Cadot a fait état de plusieurs réserves sur le projet. A ses yeux The Link, future plus haute tour de France quadruplerait les surfaces de bureaux, déséquilibrant le ratio avec les logements, et de plus viendrait aggraver la saturation de la station Esplanade de La Défense sur la ligne 1 du métro.

Dans sa réponse datée du 9 février, l’édile de Puteaux fait valoir les efforts que mène sa ville notamment en matière de construction de logements notamment à usages sociaux.

Deux autres courriers ont également été envoyés par le préfet au PDG de Total et Groupama Immobilier. Le représentant de l’Etat se veut plus rassurant expliquant à Patrick Pouyanné, le PDG du géant pétrolier que la demande d’agrément délivrée par ses services (elle est indispensable à l’obtention du permis) est repoussée le temps de réunir les conditions nécessaires à son attribution et « qu’elle n’interrompt pas la préparation des autorisations d’urbanisme utiles à ce stade d’avancement du projet ».

Dans le courrier envoyé à au PDG de Groupama Immobilier explique avoir fixé à fin mars l’échéance d’un accord de définition d’un projet urbain mixte par la ville.

Contacté par Le Figaro, l’assureur français explique que l’obtention d’agrément, qui précède le dépôt du permis de construction, « a été ajourné mais pas rejeté par la préfecture d’Ile-de-France ». « L’ajournement n’est nullement lié à la qualité du projet dont la pertinence et le caractère d’utilité publique ne sont pas remis en cause. Il est motivé par le souhait du préfet de voir aboutir des échanges en cours avec les collectivités locales sur l’équilibre logements-bureaux, la rénovation de la ligne 1 du métro et la restructuration de la station Esplanade de La Défense. Le dépôt du permis de construire n’est pas possible tant que nous n’avons pas obtenu l’agrément du préfet », explique Groupama qui espérait pouvoir lancer le chantier de ses tours géantes pour la fin de l’année.

Mais pour Patrick Devedjian, le président des Hauts-de-Seine, désormais majoritaire dans Paris La Défense, cet ajournement est « un message mortel adressé au marché » en plein brexit et à un moins d’un mois du Mipim, le marché international des professionnels de l’immobilier.

Un avis partagé à la mairie de Puteaux qui s’inquiète de ce qu’il qualifie comme « un blocage ». « On ne comprend pas pourquoi le préfet Cadot bloque le projet de Total sous couvert de volonté de construire des logements sociaux dans une ville qui respecte déjà la loi avec un taux 29 % », glisse t-on au cabinet du maire après une rencontre avec le préfet qui voit dans cette décision un « loup caché ». En réalité, selon la municipalité, le préfet souhaiterait avec The Link faire un exemple en matière de construction de logements. Et pour la mairie de droite qui rappelle que quelques 2 000 logements (dont 29 % sociaux) sont actuellement en construction, non loin de là dans l’éco-quartier du Rond-point des Bergères une telle décision du préfet de faire pression, menacerait l’emploi qui serait « le grand perdant ».