Les départements d’Ile-de-France ne veulent pas disparaître

Réunis à la Seine Musicale, sur l'ile Seguin à Boulogne, des élus de tous bords venus de toute la région ont affiché leur ferme opposition à la suppression des départements de la petite couronne.

Réunis mercredi soir autour de Patrick Devedjian (LR) à la Seine Musicale, des élus de toute l’Ile-de-France ont affirmé leur opposition à la fusion des départements de la petite couronne - Defense-92.fr

Bras dessus, bras dessous, un millier d’élus de toutes couleurs politiques accompagnés de responsables associatifs et de chefs d’entreprises se sont réunis ce mercredi soir à la Seine Musicale, sur l’ile Seguin à Boulogne pour protester contre le projet du gouvernement de supprimer les départements de la petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne).

« Notre condamnation à mort, personne n’a osé nous la dire en face », s’est agacé Patrick Devedjian, le président LR dans son fief Hauts-de-Seine et président de Defacto jusqu’à sa fusion l’année dernière (un département d’ailleurs désormais largement majoritaire au sein de la nouvelle structure Paris La Défense). « Si après cette désorganisation accomplie, les organes qui remplaceront les départements (ce pourrait être les intercommunalités, ndlr), ne marchent pas, alors la haute fonction publique aura beau jeu de dire que les élus sont incapables de gérer cette région capitale », estime l’élu qui voit derrière tout çà une volonté de l’Etat de reprendre sous tutelle les collectivités locales.

Une journée « sans département » le 7 février prochain

Si quelques personnalités ont marqué par leur absence comme Stéphane Troussel, le président socialiste de la Seine-Saint-Denis, Christian Favier, président (PCF) du Val-de-Marne et de Valérie Pécresse, la présidente LR de la Région, tous ont laissé leurs petits messages lors cette soirée au travers de vidéos.

Et pour marquer leur ferme opposition le 7 février prochain, ce sera une journée « sans département » au cours de laquelle les services seront partiellement fermés et des manifestations des agents organisées devant leurs préfectures respectives.