Un agent de sécurité se jette de la tour Kupka

Un agent de sécurité de la société Securitas s'est donné la mort ce samedi 5 novembre en se jetant du haut de la tour Kupka durant ses heures de travail.

La tour Kupka où s'est suicidé un agent de sécurité le samedi 5 novembre - Defense-92.fr

Un agent de sécurité s’est donné la mort ce samedi 5 novembre sur son lieu de travail à La Défense, a fait savoir l’Unsa ce lundi. Cet homme qui occupait la fonction d’agent de sécurité incendie (“SSIAP 1”) depuis avril 2007 au sein de la société Sécuritas s’est jeté dans le vide du haut de la tour Kupka A au vingtième étage lors de sa ronde, vers 9 heures. Arrivé rapidement sur les lieux du drame, le Samu n’a pu que constater le décès du malheureux.

Agé de 42 ans, ce salarié se serait attiré les foudres de son entreprise après son engagement syndical en 2010 à l’Unsa, confie Erik Biro le secrétaire général de la branche sécurité et prévention à l’Unsa, lui même salarié de Securitas. Selon Erik Biro, le quadragénaire n’a pas laissé de mot pour expliquer son geste mais la veille il serait sorti “retourné” d’une réunion qui avait eu lieu dans la tour avec sa direction. “Il avait une pression énorme de la part de son entreprise ; il le vivait très mal” poursuit Erik Biro qui affirme que cet agent n’a pas été affecté sur un site durant une très longue période et qu’il à subit une grosse dépréssion.

“Une politique brutale” de management pour l’Unsa

Quelques jours avant ce drame, ce salarié avait participé à la manifestation du 2 novembre des agents de sécurité qui avait réuni environ 150 personnes sur le parvis de La Défense.

Dans un communiqué l’organisation syndicale explique que ce salarié avait saisi le Conseil des Prudhommes de Paris, de son dossier.

Toujours dans son communiqué l’Unsa parle d'”une politique brutale” de management qui serait en oeuvre chez Securitas France et Erik Brio s’interroge sur les raisons d’une “persécution” qui serait toute particulière envers sa fédération.

Une réunion extraordinaire du CHSCT de Securitas France devrait se tenir ce jeudi.

Une enquête judiciaire a été confié au commissariat de La Défense pour éclaircir les raisons précises de cet acte désespéré.

Contactée ce lundi, l’entreprise n’a pas souhaité répondre à nos questions.