Retour sur l’incroyable bourde qui a noyé le tunnel du RER A

Le trafic du RER A a repris ce jeudi matin entre La Défense et Auber après trois jours d'interruption suite à un incident rarissime.

Plus de 25 tonnes de boues se sont déversées dans le tunnel du RER A au niveau de la Porte Maillot - RATP / Jean François Mauboussin

C’est un incident rarissime qui a eu d’énormes conséquences. Après trois jours d’interruption le trafic a enfin pu reprendre ce jeudi matin sur le RER A. Retour sur cette incroyable gaffe qui a submergé le tunnel de la ligne la plus fréquentée d’Europe, sous des tonnes d’eau et de boue.

Tout a commencé lundi dernier, quand vers 13 heures une foreuse réalisait au niveau de la Porte Maillot un forage préliminaire en vue de la construction de la future gare du RER E qui doit être prolongé à Mantes la Jolie via le quartier de La Défense. Un chantier mené dans cette zone par le groupement Bouygues Travaux Publics, Eiffage et Razel-Bec pour le compte de SNCF Réseau, la filiale de la SNCF qui conduit le projet de prolongement d’Eole. Mais pendant sa descente la tête du forage a traversé une nappe d’eau souterraine située au-dessus du tube du RER A. Et lorsque que celle-ci a touché la paroi en béton du tunnel du RER A elle a formé un trou d’une quinzaine de centimètres dans lequel des tonnes de boues de la nappe phréatique se sont engouffrées inondant les voies sur environ cinquante mètres.

Une piscine olympique de boue évacuée

Immédiatement le trafic ferroviaire a alors été interrompu par la RATP entre La Défense et Charles de Gaulle puis vers 16 heures l’interruption s’est étendue à Auber.

Pendant trois jours de lourds travaux ont dû être effectués à la hâte par les équipes du groupement Eole pour colmater l’importante brèche et arrêter l’écoulement d’eau. Ce colmatage a nécessité l’injection d’au moins 300 kilos de résine pour permettre sa consolidation. L’arrêt de l’écoulement de l’eau boueuse n’est finalement constaté que dans la matinée de mercredi matin. En parallèle la RATP a procédé à l’aide de trois puis quatre pompes à l’évacuation des quelques vingt-cinq tonnes de boues, soit l’équivalent d’une piscine olympique rependues dans le tunnel rendant impossible la circulation des trains. Boue qui a pu être retirée par l’intermédiaire d’un train chantier spécialement affrété.

Mais avant de pouvoir rétablir le trafic sur cette ligne qui voit voyager 1,2 million de passagers quotidiennement, la RATP A a mené une série de vérifications jugées « indispensables » portant notamment sur les installations de signalisations et électriques. Le passage à blanc de plusieurs trains sans voyageur durant la nuit de mercredi à jeudi a permis à la RATP de rouvrir « en toute sécurité » la ligne A entre La Défense et Auber ce jeudi en début de service.

Si cette interruption a irrité certains voyageurs ils étaient en revanche nombreux ce jeudi à saluer sur Twitter le travail effectué.