La ligne T2 franchit le périphérique

L'inauguration du prolongement du T2 vers la Porte de Versailles

Ouvert le 2 juillet 1997, la ligne 2 du Tramway reliait jusqu’à présent La Défense à Issy Val de Seine en traversant six communes : Puteaux, Suresnes, Saint Cloud, Sèvres, Meudon et Issy-les-Moulineaux. Du fait de son succès la ligne devient rapidement saturée; en 2003 la mise en place de nouvelles rames doubles et le doublement des quais permettait de désengorger la ligne.

Lancé en 2002, le projet aura donc mis sept ans pour aboutir. Ce nouveau tronçon de 2 300 mètres accueille quatre nouvelles stations : Henry-Farman, Suzanne-Lenglen, Porte d’Issy et Porte de Versailles faisant la correspondance avec la ligne T3. Le tracé se situe dans la continuité de la ligne existante, puis franchit les voies de la ligne C du RER par un ouvrage souterrain et passe ensuite en bordure des infrastructures de la ligne C jusqu’à la limite communale entre Issy-les-Moulineaux et Paris. Il ne passera plus seulement sur la plateforme ferroviaire car dorénavant il circule dans une zone urbaine, au sud du périphérique, en empruntant les rues Henri Farman, Louis Armand et D’Oradour-sur-Glane jusqu’à l’avenue Ernest Renan qu’il suit pour atteindre son nouveau terminus : La Porte de Versailles. Débutés en août 2005, les travaux auront été complexes en raison des deux ouvrages de franchissement, de la circulation dense des rues mais également à cause des nombreux salons du palais des expositions de la porte de Versailles. 8 minutes sont désormais nécessaires pour relier la Porte de Versailles à Issy-Val-de-Seine et 30 minutes pour se rendre à l’autre terminus, La Défense.

Extrémité qui sera elle aussi déplacée dès le premier semestre 2012 au Pont de Bezons où les travaux ont commencé depuis l’été 2008 avec la réalisation de l’ouvrage de franchissement de la ligne Transilien L et U pour permettre au T2 de se rendre vers le boulevard de la Mission Marchand.

Le coût de ce prolongement a été estimé à 92 506 millions d’euros financés à 38,9% par la région, 20,9% par le conseil général des Hauts-de-Seine, 20,4% par l’Etat, 13,5% par la RATP, 4,6% par la mairie de Paris et 1,8% par la communauté Arc de Seine. La RATP estime à plus de 33 500 le nombre de voyageurs supplémentaires générés par ce prolongement ce qui porterait à plus de 110 000 usagers quotidiens.

C’est peu après midi que Jean Paul Huchon (président de la région Ile-de-France et du STIF), Bertrand Delanoë (maire de Paris), Daniel Canepa (préfet de la région Ile-de-France), André Santini (maire d’Issy-les-Moulineaux et président de la communauté d’agglomération Arc de Seine), Pierre Mangin (président de la RATP), Hubert du Mesnil (président de RFF) et Patrick Devedjian (ministre auprès du premier ministre chargé de la mise en œuvre du plan de relance et président du conseil général des Hauts-de-Seine) ont inauguré à la station Suzanne-Lenglen ce nouveau tronçon. Tous se sont félicités lors d’un discours, de l’achèvement de cette nouvelle partie qui permettra aux habitants et salariés de gagner de nombreuses minutes dans leurs déplacements. Bertrand Delanoë et Jean Paul Huchon ont rappelé qu’il était regrettable que l’État ne participe pas au prolongement de la T3. Depuis 13h30 les utilisateurs peuvent utiliser librement la ligne dans son intégralité.

« Ce prolongement c’est très bien, je me déplacerai plus facilement » explique Evelyne habitante d’Issy-les-Moulineaux. De même, Sophie habitant le Xème arrondissement se réjouit de cette ouverture: ayant emprunté le T3 à la porte d’Ivry pour se diriger vers le Parc de Saint Cloud, elle peut désormais emprunter la correspondance entre les deux lignes à la Porte de Versailles et gagner de nombreuses minutes.