La Défense classée en zone touristique

Un touriste prenant en photos La Grande Arche

C’est maintenant officiel La Défense a été classée en zone touristique, Patrick Devedjian président de l’Epad, des Hauts-de-Seine et ministre de la relance, a annoncé lundi 26 janvier 2009 que le préfet des Hauts-de-Seine avait signé dans la matinée l’arrêté classant le quartier d’affaires en zone touristique. Les deux communes concernées, Puteaux et Courbevoie, avaient voté cette disposition fin 2008. Il ne restait alors plus qu’à Pierre de Bousquet, le préfet, à acter cette mesure avant son départ pour le nord de la France. Ce classement va permettre notamment aux enseignes à vocation de loisirs et culture, telles que la FNAC, Virgin, Go Sport des Quatre Temps et le futur Décathlon du CNIT, d’ouvrir leurs portes le dernier jour de la semaine. Jusqu’à présent seuls les restaurants, l’UGC Ciné Cité et le Castorama étaient autorisés à ouvrir le dimanche. Pour le moment, les boutiques alimentaires et de prêt-à-porter du quartier d’affaires ne peuvent pas ouvrir sans dérogation tant que la loi sur le travail du dimanche n’a pas abouti. Francis Bouvier, président du Toit de la Grande Arche, estime que ce classement est « la récompense qui prouve que La Défense est aussi un quartier à visiter par les touristes et que c’est une étape pour le quartier». En 2008, plus de 275 000 personnes se sont rendues sur le Toit de l’Arche. La Défense attire chaque année 2 millions de touristes d’affaires et 1 million de touristes d’agrément. Mais actuellement il y a peu d’équipements pour accueillir les touristes d’agrément. Une grande partie ont été fermés ou supprimés par l’Epad : la vente ambulante de confiseries, de livres, de vêtements, par le biais de stands et la gare d’autocars qui a dû fermer pour permettre la démolition du viaduc en vue de la construction de l’immeuble de la salle des marchés. Fin de l’été 2006, le petit train de La Défense s’arrêtait définitivement en raison du ralentissement de la fréquentation et des charges trop importantes demandées par l’EPAD. En janvier 2008, la boutique située au pied de l’Arche qui vendait glaces, cartes postales et souvenirs fermait également ses portes. L’EPGD envisagerait donc de réintégrer des équipements pour accueillir ces touristes 7j/7. Dans les prochains mois une maison du tourisme sera créée sur le Parvis.