Les salariés de l’usine Whirlpool d’Amiens manifestent à La Défense

Ce mardi environ 150 salariés de Whirlpool se sont rendus à La Défense en fin de matinée pour protester devant la direction de leur entreprise contre la fermeture de leur usine d’Amiens.

Environ 150 salariés de Whirlpool ont manifesté contre la fermeture de leur usine d'Amiens à La Défense ce 18 avril - Defense-92.fr

Ils étaient bien décidés à se faire entendre à quelques jours du premier tour de la présidentielle. Partis vers 7 heures d’Amiens (Somme) avec trois cars, environ 150 salariés du groupe d’électroménager Whirpool, ont manifesté dans le quartier de La Défense contre la fermeture de leur usine, prévue pour le 1er juin 2018.

Arrivés aux alentours de 11 heures, les manifestants vêtus de t-shirt noir sur lesquels était inscrit « Whirlpool fabrique des chômeurs », se sont rendus devant le siège français du groupe pour protester contre ce projet qui prévoit la délocalisation de cette dernière usine française de fabrication de sèche-linge, en Pologne entrainant le licenciement de 286 personnes. Une délégation a été reçue en fin de matinée par la direction de Whirpool mais elle est repartie « sans rien de concret ».

La manifestation s’est poursuivie à Paris au Champs-de-Mars

Les salariés se sont ensuite rassemblés sur le Champs-de-Mars au pied de la Tour Eiffel, où l’intersyndicale avait donné rendez-vous aux onze candidats à la présidentielle. Seule la candidate communiste Nathalie Arthaud avait répondu à l’appel. Des représentants de Jacques Cheminade et de François Asselineau étaient également présents, tout comme le député européen et ancien syndicaliste Edouard Martin, soutien de Benoît Hamon.

Au-delà des 286 salariés qui doivent perdre leur emploi, 250 intérimaires employés quasiment en permanence par Whirpool et une centaine de salariés du sous-traitant pour les plastiques, Prima sont concernés.