Prolongement du RER E : Approbation du Schéma de principe par le STIF, Patrick Jarry mécontent

La carte du prolongement du RER E

Le Conseil du STIF a approuvé lors de son conseil du mercredi 7 décembre 2011 les éléments fonctionnels du schéma de principe relatif au prolongement du RER E, permettant ainsi à RFF de saisir les autorités pour qu’une enquête publique ait lieu à partir du 16 janvier 2012.

« Les études d’avant-projet seront également engagées dès janvier 2012, et la convention de financement de 86 millions d’euros est en cours de validation » explique le STIF dans un communiqué.

Le projet consiste à prolonger à l’ouest la ligne E du RER, de la gare d’Haussmann-Saint-Lazare à la gare de Mantes-la-Jolie en passant par La Défense. La ligne emprunterait un nouveau tunnel entre Haussmann-Saint-Lazare et La Défense. Au sortir de ce tunnel, à Nanterre, elle rejoindrait les voies ferrées existantes qui relient Paris – Saint-Lazare à Mantes-la Jolie par Poissy (ligne J).

D’une longueur totale de 55 kilomètres, ce prolongement comprend la réalisation d’une infrastructure nouvelle en souterrain de 8 kilomètres environ, le réaménagement de la ligne existante sur 47 km et la création de trois gares nouvelles : Porte Maillot, La Défense et Nanterre La Folie.

Patrick Jarry qui n’a pas tardé à réagir dénonce que ce projet « n’est pas acceptable pour la Ville de Nanterre, ses habitants, ses élus ». Pour le maire de Nanterre, le prolongement d’Eole ne prend pas en compte les « exigences » portées par la Ville de Nanterre lors du débat public comme les nouvelles nuisances sonores et visuelles, le rééquilibrage de la desserte de la ville en transports en commun, la réduction des coupures urbaines et au projet de restructuration des quartiers longtemps enclavés par les infrastructures de transport.

Patrick Jarry s’oppose au projet en expliquant que « le projet prévoit la réalisation de nouvelles installations ferroviaires, telles que les voies nécessaires au retournement des trains, les voies de garage pour dix rames ainsi qu’un ouvrage du type « saut de mouton » pour permettre aux voies ferrées de se croiser. Ces nouveaux aménagements sont prévus en zone urbaine dense et affectent la qualité et le cadre de vie des habitants. L’état existant des infrastructures, déjà très problématique pour la ville, n’est pas non plus pris en compte. Aucune amélioration n’est proposée pour le pont de Rouen qui enclave pourtant fortement le territoire en réunissant les voies ferrées et l’A 86 et pour lequel doit également être prévu le passage du futur tramway T 1. Le prolongement d’Eole en l’état actuel n’est donc pas acceptable pour la Ville de Nanterre puisqu’il aggrave le phénomène d’enclavement, intensifie les nuisances et achève de morcelerla ville. C’est pourquoi le Maire de Nanterre a demandé à Jean-Paul Huchon de dégager les budgets nécessaires à une amélioration sensible du projet ».

Les « exigences » du maire seront elles entendues ? pas sûr, car le Conseil du STIF a demandé à ce que le coût du projet, estimé par RFF et SNCF à 3,69 Mds€ au stade du Schéma de Principe, soit réduit d’au moins 15% au stade de l’Avant-Projet et qu’il respecte donc un coût d’objectif de 3,14 Mds€.