Difficile de trouver une place dans la grande salle des fêtes de l’imposante mairie de Puteaux. La ville de Puteaux a rendu ce mercredi à 11 heures un dernier hommage à son ancien maire Charles Ceccaldi-Raynaud qui est mort jeudi 18 juillet à l’âge de 94 ans.

Dans une salle comble, de nombreux habitants, membres religieux ou politiques sont venus écouter l’hommage de sa fille, Joëlle Ceccaldi-Raynaud qui lui avait succédé en 2004. Après 34 ans à être resté aux manettes de cette ville dont une grande partie de La Défense repose, l’édile avait été contraint de stopper son mandat pour des raisons médicales. A son retour quelques temps plus tard l’homme s’était violemment opposé à sa fille qui ne voulait alors plus lui rendre les clefs de la ville. Père et fille s’étaient ensuite affrontés lors de l’élection municipale de 2008. Joëlle Ceccaldi-Raynaud avait alors remporté le suffrage avec des voix 52,98 % des voix face à son père qui n’avait atteint que 7,75 % des voix.

Mais oubliée ou presque cette violente querelle avec son père… Joëlle Ceccaldi-Raynaud a préféré revenir sur les actions de son père qui était selon elle un homme « visionnaire » évoquant sa personnalité « ingénieuse ». « C’est avec beaucoup d’émotion et de tristesse que je lui rends hommage. Il n’y a pas plus difficile de prononcer l’éloge funèbre non d’un maire envers un autre maire mais d’une fille envers son père », a déclaré avec beaucoup d’émotion Joëlle Ceccaldi-Raynaud.

« Mon père je l’ai aimé, admiré, adoré »

A un seul moment, l’édile reviendra sur son conflit avec son père. « C’était un personnage excessif aussi bien dans les bons que dans les mauvais moments », lâche-t-elle. Ce père qui avait eu des mots très durs envers sa fille ira même jusqu’à la renier dans un reportage de France 2. « Les mots de la colère n’effacent jamais l’amour sincère. L’amour est la seule chose que l’on emporte dans l’éternité, assure Joëlle Ceccaldi-Raynaud. (Mon père, ndlr) je l’ai aimé, admiré, adoré ».

Après son discours, un long diaporama avec de nombreuses photographies accompagnées de deux musiques de Johnny Hallyday et Michel Sardou est revenu sur l’histoire et les actions de Charles Ceccaldi-Raynaud le présentant notamment aux côtés de l’Abbé Pierre qu’il avait rencontré ou encore de Jacques Toubon, l’artiste César ou l’ancien président Nicolas Sarkozy.

Dans l’assistance personne ou presque pour remettre en cause l’action de leur ancien maire. « C’est lui qui m’a marié. C’était un bon maire, à l’écoute de tout le monde. C’était un homme merveilleux. Il aimait beaucoup les gens », confie Monique, habitante à Puteaux depuis 1973. « La ville de Puteaux a beaucoup changé grâce à lui », rajoute Georges, l’époux de Monique. Françoise l’a elle aussi bien connu puisqu’elle était sur sa liste lors de son ultime candidature malheureuse. « Il l’a très mal vécu. Il était obstiné et n’a pas écouté ses colistiers. On lui avait dit que c’était une hérésie de se présenter (face à sa fille, ndlr), mais comme il m’avait rendu beaucoup de services je lui avais dit oui ».

Les obsèques de Charles Ceccaldi-Raynaud se sont tenues lundi, à Balma, dans la banlieue de Toulouse (Haute-Garonne), où il s’était retiré depuis une dizaine d’années.