Nicolas Sarkozy présente l’avenir de La Défense

Nicolas Sarkozy présente l’avenir de La Défense

Contrairement à ce qu’annonçait le Medef, Nicolas Sarkozy n’a pas annoncé la création de 1 millions de mètres carré de bureaux. Le chef de L’état qui était entouré pour cette table ronde ,qui s’est tenue dans le CNIT le mardi 30 juin 2009, de Philipe Chaix (Directeur Général de l’EPAD et de l’EPASA), Christian Blanc, Patrick Devedjian, Jean Louis Borloo, Valérie Pecresse, Jean Paul Huchon, Mr Rumani (président de l’association des résidents de La Défense), Guillaume Poitrinal (président d’Unibail-Rodamco), Arnaud Navier (directeur de Castorama La Défense), Guillaume Pépy (Président de la SNCF), Pierre Mongin (président de la RATP), Laurent Batsch (président de l’université Paris-Dauphine) et Jean-Yves Durance (président de l’association des utilisateurs de La Défense (AUDE)). Le chef de l’Etat a visité la tour First à 10h40 avant la table ronde. L’ensemble des acteurs économiques et immobiliers de La Défense étaient présents dans la salle Dickens pour assister à cette table ronde. Le président n’a annoncé aucune création de nouvelles surfaces de bureaux ou de logements, ni de grands projets. Il s’est principalement axé sur les transports en officialisant le prolongement de la ligne du RER E vers Mantes la Jolie. Un tunnel sera percé de Saint-Lazare, l’actuel terminus vers La Défense comprenant un arrêt à la porte Maillot, puis une station qui se situera sous le CNIT et non plus sous les Quatre Temps, pour ensuite ressortir pour la création d’une gare à Nanterre. Nicolas Sarkozy, souhaite la création d’une gare LGV à La Défense qui servirait au TGV, Thalys et Eurostar et servirait de « hub » entre Londres, Bruxelles, Lille et la Normandie. « La Défense, devient aussi important que le nœud de Chatelet-les Halles » a déclaré Guillaume Pépy, insistant sur la nécessité d’agir rapidement sur les transports à La Défense. Nicolas Sarkozy souhaite que La Défense devienne « La City » française, et a insisté sur la compétitivité du quartier par rapport aux autres places européennes, défendant son plan de relance qu’il avait mis en place en 2006 ; il a répondu aux critiques de Patrick Jarry (maire PCF de Nanterre) en expliquant que La Défense était en train de mourir et qu’il était important de redonner de la dynamique en construisant de nouvelles tours modernes et écologiques, répondant aux attentes actuelles des entreprises. Il s’est dit favorable à la fusion entre l’EPAD et l’EPASA. Le magasin de bricolage Castorama a été montré en exemple pour son ouverture les dimanches : Patrick Devedjian et Nicolas Sarkozy souhaitent que le quartier vive également le dimanche par l’ouverture de ses commerces.

Nicolas Sarkozy a annoncé que le gouvernement présenterait à l’Assemblée nationale dès l’automne un projet de loi spécifique pour piloter le projet du Grand Paris. Cette loi permettra d’accélérer les étapes de ce projet. Le Président de la République a annoncé par ailleurs que le débat public aurait lieu à l’hiver 2010. Les premières réalisations en matière de transports en commun seraient ainsi achevées en 2017. Le coût d’amélioration des transports dans le cadre du « Grand Paris » est estimé à 35 milliards d’euros, qui devront être en majorité partagés par l’Etat et la région Ile-de-France. Cette table ronde s’est achevée à 12h30. Le président s’est en suite rendu à son véhicule garé sur la place Carpeaux en serrant quelques mains dans la foule amassée autour de lui. Il s’est ensuite rendu à un meeting UMP à Courbevoie.