Le Conseil d’Etat annule l’élection municipale de Puteaux

L’élection municipale de mars 2014 à Puteaux à été annulée par le Conseil d’Etat. Les électeurs devront retourner devant les urnes les 14 et 21 juin prochain.

Le Conseil d'Etat - Defense-92.fr

Les électeurs de Puteaux vont devoir retourner aux urnes. Le Conseil d’Etat vient d’annuler l’élection municipale de mars 2014 à Puteaux mais également à Asnières et Clichy pour des motifs différents. A Puteaux si aucun grief n’était reproché à la maire de Puteaux, Joëlle Ceccaldi (UMP), le problème venait de deux listes de l’opposition. En effet Marie-Sophie Mozziconacci (Divers Droite) n’avait pas pu déposer sa liste en préfecture car l’un de ses colistiers était déjà -à son insu selon l’intéressée- sur une autre liste, celle de “Puteaux Bleu Marine” menée par Gérard Brazon (Front National). L’élection de conseiller municipal de ce dernier avait été annulée pour ce motif le 17 octobre 2014 suivant une décision du Tribunal administratif de Cergy contestée par l’élu FN devant le Conseil d’Etat pour récupérer son siège.

Dans sa décision le Conseil d’Etat a estimé que le refus de la liste de la candidate divers droite avait « faussé les résultats du scrutin » prenant ainsi la décision d’annuler tout bonnement le scrutin. « La liste empêchée (ndlr, celle de Marie-Sophie Mozziconacci) bénéficiait d’une implantation locale et du soutien de l’ancien maire de la commune (ndlr, Charles Ceccaldi), son absence n’a donc probablement pas été sans incidence » estime le Conseil qui juge que « la manœuvre a été de nature à fausser les résultats de l’élection, compte tenu des conséquences de ces irrégularités sur les votes exprimés et sur la répartition des sièges entre les listes ».

Joëlle Ceccaldi ainsi que l’ensemble des membres de son cabinet qui ont vu leurs fonctions arrêtées doivent désormais quitter la mairie. En attendant les prochaines élections qui se tiendront le 14 et 21 juin prochain, c’est la préfecture des Hauts-de-Seine qui expédiera les affaires courantes de la ville avec une délégation de trois à sept personnes, composée d’anciens hauts fonctionnaires à la retraite. Elles s’appuieront sur les services municipaux pour gérer les communes. Cependant leur champ d’action sera très restreint et elles ne pourront prendre aucune décision. Tout va aller vite. Les candidats devront déposer leur liste entre le 25 et 28 mai. La campagne se déroulerait du 1er juin au 12 juin. Le premier tour aura lieu le dimanche 14 juin, suivi du second tour le dimanche 21 juin.

Si l’issue du futur scrutin devrait, sans surprise voir Joëlle Ceccaldi retourner à son poste, les opposants à la maire UMP espèrent bien –toujours- conquérir la mairie, ou du moins obtenir un plus grand nombre d’élus. Christophe Grebert (MoDem), qui a par la décision du Conseil d’Etat perdu son siège d’élu, aimerait une liste unique, (excepté le Front National) face à celle de l’UMP.