C’est un petit équipement qui l’air de rien entend faciliter la vie des cyclistes. Indigo, le délégataire d’une grande partie des parkings de La Défense vient de mettre en service un escalator à vélos à la sortie de son parc « Centre – Grande Arche ». Baptisé « VéloConfort », du nom de la boite hollandaise à son origine, l’équipement permet aux cyclistes clients de ce parking de gravir facilement les quelques marches à sa sortie afin de rejoindre le parvis.

« Il y avait un besoin pour les usagers qui viennent en vélo et qui doivent passer ce point d’accès », explique Arnaud De Froissard, directeur du secteur de La Défense chez Indigo. Si l’équipement fait ses preuves, d’autres du même type pourraient alors être déployés au cas par cas dans le quartier d’affaires. « On va regarder comment se passe ce projet et puis après on verra », précise Arnaud De Froissard.

« C’est sympa et facile à utiliser »

Son fonctionnement est simple. Pour descendre dans le parking les cyclistes ont à leur disposition parallèlement au VéloConfort une goulotte classique munie de petites brosses permettant de ralentir leur bicyclette. Pour monter c’est là que le VéloConfort entre en jeu. Il suffit de placer la roue avant de son vélo sur le tapis roulant, tout en freinant puis l’escalator se met en route grâce à un contact de celle-ci sur une sorte de capteur. Une fois les deux roues placées sur le tapis roulant il faut serer le frein arrière et tenir le vélo jusqu’en haut de cette rampe. A l’arrivée il faut alors relâcher les freins et dégager le vélo.

Un équipement inédit en France qui semble séduire les usagers de la petite reine. « C’est sympa et facile à utiliser. L’ancienne rampe était un peu casse-gueule », confie David, un vélotafeur putéolien qui travaille chez Total. Eric, salarié de Total est lui plus nuancé. « C’est un peu gadget mais ça peut être pratique quand on a un vélo un peu lourd », admet ce parisien.

Avec cet équipement, Indigo ambitionne de convaincre les salariés du quartier d’affaires de laisser leur vélo dans ses parkings souterrains et non plus directement sur la dalle, là où c’est gratuit. Le délégataire propose des abonnements pour cinq euros par mois ou cinquante euros par an dans des espaces protégés afin de limiter au maximum les vols et dégradations dont sont souvent victimes les cyclistes.