Le quartier de La Défense étroitement surveillé par des milliers de capteurs et caméras

Paris La Défense (PLD) a inauguré il y a quelques jours son nouveau Poste Central de Sécurité (PCS) désormais entièrement digitalisé.

Le nouveau Poste Central de Sécurité de Paris La Défense a nécessité 8 millions d'euros de travaux - Carlos Ayesta

Big Brother veille sur La Défense. Paris La Défense (PLD), né de la fusion au début de l’année de Defacto et de l’Epadesa a inauguré il y a quelques jours son tout nouveau Poste Central de Sécurité (PCS) pour surveiller le plus grand quartier d’affaires d’Europe. Désormais entièrement digitalisé, ce nouveau PCS à 8 millions d’euros doit permettre à l’établissement public d’améliorer la surveillance de son territoire de 564 hectares, (dont 31 d’espaces piétons) mais aussi de ses espaces sous-dalle « tout en facilitant son exploitation au quotidien ».

Ce poste de 350 mètres carrés intègre en plus d’une grande salle opérationnelle de surveillance, une salle de crise et une cellule de liaison. Il permet désormais aux opérateurs de scruter le quartier de fond en comble grâce aux informations fournies par les quelques 14 000 capteurs et 321 caméras (elles sont trois fois plus nombreuses qu’il y a dix ans) répartis sur tout le territoire. Données qui sont alors intégrées et synthétisées par le nouveau système Hyperviseur des Systèmes d’Aide à l’Exploitation du site (HSAE).

Véritable concentrateur de données, il permet de recenser, de cartographier et de prévenir, via un système d’alarmes, en cas d’incidents tels qu’une panne d’équipement, un accident ou un acte de malveillance.

Avec ce système, l’équipe de sécurité a ainsi, en temps réel, une vision globale de l’état du site, et peut intervenir très rapidement quelle que soit la problématique identifiée, qu’il s’agisse de veiller à la propreté ou au confort des usagers.

Un processus de sécurisation évolutif

Testé depuis six mois ce système d’hyperviseur observe des bénéfices opérationnels majeurs, assure PLD. La prise en charge d’un incident, par exemple, est nettement accélérée et la maintenance des équipements optimisée, promet l’établissement. Cela concerne à la fois la sécurité incendie, l’exploitation des tunnels, la sûreté ainsi que la gestion urbaine de proximité.

« Le processus de sécurisation du quartier d’affaires se poursuit et va s’accélérer avec cette plate-forme, qui va bien au-delà du Poste central de sécurité classique. Paris La Défense développe un savoir-faire unique en matière de surveillance et de gestion du territoire », explique Patrick Devedjian, le président de PLD et du département.

Ce nouveau PCS fonctionne en continu, 24/7 avec une équipe de quatorze personnes contre onze en 2009. En tout ce sont une quarantaine de personnes qui ont été formées à cet hyperviseur. Cette solution a été mise au point par les ingénieurs de PLD avec Actemium, acteur spécialisé dans l’hypervision des tunnels. A terme ce système évolutif pourra intégrer les futurs équipements du quartier mais aussi se connecter aux autres opérateurs du quartier comme la SNCF et la RATP permettant ainsi de développer de nouvelles fonctionnalités.