Les tours de La Défense auraient dû vibrer au rythme de la musique au début de l’été. Finalement ce sera au début de l’automne. Le Coronavirus étant passé par-là, l’événement musical phare du quartier d’affaires n’a pas pu se tenir à ses dates initiales. Pas grave pour le département des Hauts-de-Seine, l’organisateur de La Défense Jazz Festival qui a reporté le traditionnel festival musical, à la rentrée. Cette année la 43ème édition du festival se tiendra, comme toujours sur la place de La Défense mais du 21 au 27 septembre. Pendant une semaine sur la grande scène en plein air de La Défense Jazz Festival le public pourra découvrir des artistes confirmés et émergents.

« Cette édition de La Défense Jazz Festival sera l’occasion pour certains artistes de renouer avec le public pour la première fois, après plusieurs mois sans concert suite à l’épidémie de la Covid-19. Ils ont mis à profit ce temps pour créer, et seront ainsi nombreux à présenter leur projet en exclusivité, sur la scène installée à Paris La Défense », explique le département des Hauts-de-Seine.

Si l’édition 2020 de La Défense Jazz Festival a été maintenue, sa programmation a en revanche été largement revue. Les concerts du midi et les afterworks sont toujours prévus. En revanche cette année il n’y aura pas les traditionnels concerts du samedi et dimanche soir, générateurs de trop grandes foules. Seuls deux concerts seront proposés en fin d’après-midi lors du week-end de clôture.

Un événement gratuit mais avec une jauge de spectateurs

Les festivités s’ouvriront le lundi 21 septembre dès midi avec Ebony Frainteso puis Joel Culpepper. Entre 18 et 20 heures ce seront Jî Drû et Cheick Tidiane Seck qui animeront la première soirée. Le mardi midi on retrouvera For a Word Gauthier Toux et Guillaume Perret puis Belmondo Quintet dès 18 heures. Le mercredi midi ce sont Ylian Cañizares et Sophie Alour & Abdallah Abozekry qui se produiront. Le jeudi dès midi, Nefertiti Quartet (lauréat 2019 de Jazz Migration) et Obradovic Tixier Duo (lauréat 2019 du Concours national de Jazz) monteront sur la scène du festival. Le vendredi midi ce seront Gystere et L’Eclair qui seront à découvrir puis Altin Gün dès 18 heures. Le samedi Koki Nakano et Ibrahim Maalouf en duo avec François Delporte feront vibrer la dalle entre 18 heures et 20 heures. Le festival s’achèvera le dimanche à partir de 18 heures avec Moses Boyd et Ezra Collective. Le programme complet est à retrouver ici

Par ailleurs les mercredi et jeudi soirs, entre 18 heures et 20 heures, six groupes (trois par jour) tenteront de séduire le jury pour le concours « National Jazz à La Défense ». Organisé en marge du festival, ce concours permet d’accompagner le développement de carrière de tous les professionnels du Jazz. Il est ouvert aux groupes émergents de la scène du jazz, de tous âges, et de toutes nationalités, résidant en France. Les six groupes sélectionnés se produiront tour à tour sur la scène de La Défense Jazz Festival pour un concert de trente minutes chacun. Mais cette année, il n’y aura pas réellement de compétition. Un prix collectif sera remis à chacun des groupes de la sélection 2020, accompagné d’une aide professionnelle de 3 000 euros, afin de « les aider à faire face aux conséquences de la crise sanitaire ». Il n’y aura donc pas de lauréat (groupe et instrumentiste), la sélection 2020 dans son ensemble sera distinguée. Les groupes candidats au concours peuvent s’inscrire jusqu’au 29 août.

Coronavirus oblige, le fonctionnement de cette 43ème édition de La Défense Jazz Festival sera aussi bien différent. Certes, les concerts seront toujours gratuits et en plein air mais ils se dérouleront dans un périmètre fermé. « Un protocole sanitaire sera mis en place, avec un contrôle des accès et du gel hydro-alcoolique », précise le département. Concrètement une jauge de 700 personnes sera mise en place pour permettre de respecter la distanciation physique. Cela se traduira par un espace avec 300 transats, qui seront désinfectés entre chaque utilisation et un second espace pouvant accueillir jusqu’à 400 personnes debout.