La Défense Jazz Festival a de nouveau fait le plein cette année. La 42ème édition de La Défense Jazz Festival qui s’est tenue du 24 au 30 juin dernier sur la place de La Défense a attiré 39 700 spectateurs, selon les estimations du conseil départemental des Hauts-de-Seine, l’organisateur de l’événement. Pendant une semaine ce sont 26 concerts gratuits qui ont été donnés.

« L’édition 2019 a été particulièrement touchée par la chaleur. Pourtant, comme à son habitude, le public a largement répondu présent le midi et en afterworks, afin de profiter de la programmation mettant en avant des grands noms du jazz, aussi bien que des valeurs montantes (Theon Cross Trio, Kimberose ) », explique dans un communiqué le département.

« La ligne artistique a proposé au public un plaisir d’écoute, des artistes ayant le sens du partage (Mamas Gun, Arshid Azarine Trio, Human Songs, Cykada), et surtout des prestations de haute qualité scénique avec : le hip-hop de Raashan Ahmad, l’afrobeat endiablé de Underground System, ou encore Gogo Penguin, les maîtres de leurs instruments produisant des sons acoustiques et électro dans une alchimie sublime », poursuit dans son communiqué le département précisant que le week-end « a été hautement attendu avec le concert de Snarky Puppy et la création, réalisée dans le cadre du Festival d’Essaouira en 2018 et présentée en exclusivité en France sur le festival, avec Maalem Hamid El Kasri, ses quatres Koyous et Karim Ziad ».

Ce festival gratuit et en plein air s’était achevé avec le final de José James qui avait enflammé tous les cœurs avec sa voix soul et des reprises de Bill Withers, pour finir avec le moment magique et l’élégance propre du trio d’Avishaï Cohen.