Depuis la semaine dernière vous les avez certainement croisées et peut-être même utilisées. Avec leur couleurs verte et noire, les trottinettes électriques de Lime ne passent pas trop inaperçues dans le paysage de La Défense. Ce service de location de courte durée en « free floating » lancé en juin dernier à Paris débarque enfin à La Défense.

Une arrivée qui a été rendue possible suite à l’appel à projet de « glisse urbaine » lancé en juin par l’établissement public Paris La Défense (PLD) qui est en charge de l’aménagement, la gestion et l’animation du quartier d’affaires. Le gestionnaire du quartier souhaite proposer avec ce service de glisse urbaine une offre du « dernier kilomètre » afin que les usagers de La Défense puissent se rendre de la sortie du métro à leur tour et pourquoi pas de chez eux à leur lieu de travail permettant ainsi de décharger les transports en commun bondés. En plus de Lime, l’établissement a retenu la solution de Wetrott, qui elle sera disponible au début de l’année prochaine. Les deux entreprises ont désormais l’exclusivité dans le quartier d’affaires.

Des centaines de trottinettes Lime disponibles à La Défense

Le service en free-floating de l’américain Lime propose désormais quotidiennement, un peu partout à La Défense, une flotte de quelques centaines d’engins. « On va monter en puissance de manière maitrisée pour faire face à la demande », explique Arthur-Louis Jacquier, le directeur France de Lime. Lime permet aux utilisateurs de prendre et restituer leur trottinette n’importe où tant que l’emplacement n’est pas gênant et reste dans le périmètre dédié, même s’il est préférable de la garer dans l’un des onze hotspots*. Ainsi il est possible d’emprunter une trottinette dans Paris et de la restituer à La Défense. Et vice versa.

« La Défense c’est un territoire très particulier, avec des accès complexes, l’avantage de travailler avec Paris La Défense, c’est de pouvoir faire un déploiement qui se passe correctement et optimisé », rassure Arthur-Louis Jacquier qui promet d’éviter l’anarchie que peut connaitre la capitale avec des dizaines de trottinettes, vélos et scooters en en libre-service garés souvent n’importe comment sur les trottoirs. Pour une location il faut compter un euro la location pour quinze centimes chaque minute.

Wetrott une solution proche du Velib’

La solution Wetrott est, elle,  différente et se rapproche du système Velib’. Chacune des 700 trottinettes sera dédiée au quartier d’affaires. Si elles pourront sortir le soir pour accompagner l’usager chez lui, elles devront obligatoirement être rendues le matin suivant dans l’une des 52 stations disséminées un peu partout dans le quartier d’affaires. Ces caissons de recharge auront une capacité d’accueil d’une quinzaine de trottinettes. « Lorsque vous louez une trottinette chez-nous il y a un casier qui s’ouvre avec un casque, une charlotte et un antivol », détaille Pascal Chauvin, le co-fondateur et directeur technique de Wetrott. Les engins seront tous bridés à 20km/h.

Contrairement à Lime l’offre de Wetrott s’adressera plutôt aux entreprises pour un usage local. Des abonnements seront proposés aux utilisateurs à partir d’une dizaine d’euros par mois, plus trois par nuit s’ils souhaitent les conserver.

*La carte des onze hotspots à La Défense – DR