La Défense rêve d’avoir son propre système de glisse urbaine

L’établissement Paris La Défense a lancé un appel à projet de "conception, déploiement et exploitation" pour un service de "glisse urbaine".

Paris La Défense a lancé un appel à projet de "conception, déploiement et exploitation" pour un service de "glisse urbaine" - Defense-92.fr

Alors que le cafouillage du nouveau Velib’ à Paris se poursuit et que les offres de vélo-partagé en « free floating » des opérateurs Ofo, Mobike et Obike se multiplient, le quartier de La Défense pourrait à l’avenir se doter d’un système similaire mais pour une offre de « glisse urbaine ». Le nouvel établissement d’aménagement, de gestion et d’animation, Paris La Défense (PLD) a lancé un appel à projet pour la « conception, le déploiement et l’exploitation » d’un service d’expérimentation de glisse urbaine. Ce service de location pourrait inclure des trottinettes, monoroues gyroscopiques, overboards, gyropodes, planches, le tout électrique ou non, mais à priori pas de vélos.

Le gestionnaire du quartier qui espère ainsi avoir son propre système interne de mobilité urbaine invite cependant les candidats à construire des partenariats avec les villes voisines comme Courbevoie, Puteaux, Nanterre et Neuilly. Paris La Défense, qui met en avant les innovations et les expérimentations au sein de son territoire, souhaite proposer à son public d’ici début 2019 et pour trois ans de nouvelles solutions de mobilité, complémentaires aux transports en commun, afin d’améliorer les déplacements à l’intérieur du quartier et vers les communes voisines. « A cet effet, la glisse urbaine apparaît être particulièrement adaptée au profil des usagers car elle permet des déplacements rapides et faciles, et nécessite peu d’infrastructures », explique PLD sur son site internet.

« Notre objectif est de proposer un service innovant qui réponde à un besoin simple: se déplacer dans le quartier et vers les communes voisines, commente Marie-Célie Guillaume, la DG de Paris La Défense. Les spécificités du territoire offrent une opportunité unique aux opérateurs pour imaginer des solutions innovantes et s’inscrire dans l’esprit du MaaS (Mobility as a Service). Les 36 mois d’expérimentation vont nous permettre d’éprouver la ou les solutions retenues, et ainsi garantir un service viable, adapté aux besoins et au plus proche de nos exigences de qualité ».

Avec cet appel à projet, l’établissement né le 1er janvier dernier entend « favoriser les conditions d’accueil sur le site de services liés à la mobilité interne au quartier ». PLD souhaite ainsi offrir un nouveau service aux quelques 75 000 voyageurs transitant chaque matin par la gare de La Défense Cœur Transports en heure de pointe. « 42 000 usagers par jour se rendent à l’Est du quartier depuis Cœur Transport, dont 20 000 en métro jusqu’à Esplanade de La Défense (12 000 en heure de pointe du matin) et 22 000 à pied. 30 000 se rendent au Nord et 25 000 au Sud « , explique l’établissement se basant sur des chiffres 2015 de la RATP. Selon Paris La Défense, 18 % des salariés habitent à moins d’une trentaine de minute de La Défense en vélo.

Le service pourrait débuter au début de l’année 2019. Les candidats ont jusqu’au 1er août pour répondre à cet appel à projet.