« Émue », « révolté », « attristé »… beaucoup de sentiments ont été partagés ce dimanche soir sur les réseaux sociaux durant la diffusion d’Enquête Exclusive sur M6. Le magazine de Bernard de La Villardière traitait le difficile sujet de la survie des SDF dans la capitale et notamment dans le quartier d’affaires de La Défense où beaucoup ont trouvé refuge.

Et l’histoire d’Ibrahim, 59 ans qui s’est établi dans les entrailles du quartier, huit mois après avoir perdu son logement suite à une séparation avec sa compagne, disparue avec ses cinq enfants a particulièrement attristé les internautes. « Tu as beau être bon, un jour tout peut s’écrouler sous tes pieds », lâche l’homme en larmes. L’homme très marqué par son quotidien dans la rue depuis plusieurs mois raconte avoir travaillé dans l’un des chantiers de La Défense avant de quitter son emploi de couvreur car son ex-patron l’aurait contraint de ne plus être délcaré.

Tourné il y a un an, à l’automne 2019, on apprend à la fin du reportage que la planque d’Ibrahim a été évacuée par les autorités quelques semaines plus tard. Une nouvelle galère pour cet homme qui doit alors s’enfoncer toujours plus profondément sous la dalle du quartier d’affaires pour vivre.

Très touchés par ces histoires et particulièrement celle d’Ibrahim de nombreux internautes ont réagi sur Twitter. Une cagnotte Leetchi a par ailleurs été ouverte alors même que le reportage était encore diffusé sur M6. Ce lundi matin plus de 2 500 euros ont déjà été collecté.

L’émission s’intéressait également à la vie d’un autre naufragé installé à La Défense. Celle de Sébastien, 47 ans accro au crack et à la méthadone. L’homme qui vit des dons des passants alterne ses lieux de manche et reste à l’abri dans la grande gare de La Défense. « Certains s’imaginent quand ils nous voient comme ça que l’on a toujours été comme ça, que l’on a pas connu une autre vie. La vie de monsieur tout le monde je la connais aussi », confie cet ancien électricien face à la caméra d’Enquête Exclusive.

« Cette émission est critiquable car elle montre la misère des gens en affichant les visages sans donner de solutions concrètes mais elle donne aussi de la visibilité à notre travail que nous effectuons dans l’ombre et l’obscurité des bas-fonds », a pour sa part écrit sur Facebook l’association On Naît Ensemble qui vient en aide à Ibrahim mais aussi à Sébastien.