Alain Robert escalade la tour Ariane

Alain Robert, le 8 octobre 2009 devant le commissariat de La Défense

Le Spiderman francais, Alain Robert s’est attaqué, le jeudi 8 octobre 2009, à la tour Ariane. C’est à 10h30, sous le regard de nombreux journalistes, de passants et de salariés qu’il a débuté l’ascension à main nue et sans protections de cette tour haute de 150 mètres. «Ce qu’il fait est dangereux pour lui et pour les autres. S’il tombe sur les gens, on fait quoi», s’inquiétait le chef des pompiers de l’édifice. Au tout début de son escalade, il a accroché sur l’une des fenêtres, entre le premier et deuxième étage, une banderole ou était inscrit « merci Gil » . Ce message été destiné à son ami Gil Mennetrey, chirurgien dans la greffe de cheveux. Alain Robert explique son secret « anti-chute »:

« Au cours de l’été 1996 alors que j’étais inconnu du grand public, mais reconnu dans le milieu des grimpeurs, j’ai rencontré Gil Mennetrey, un des plus grands spécialistes internationaux de la chute des cheveux.
« Ce fut une rencontre intense et « anti-chute ! » Au cours d’une discussion, j’avais appris que Gil avait ouvert à Paris, la première clinique française (Challeng’Hair) exclusivement réservée à la greffe des cheveux. A cette époque, je perdais mes cheveux de plus en plus, et j’allais vers une calvitie sévère comme mon frère et mon père. Gil avait été le Président du 3ème Congrès Mondial des Recherches contre la calvitie, au Palais des Congrès de Paris, et à ce titre, je lui ai demandé une consultation dans son Institut d’Expertise Capillaire Norgil de Paris. Le diagnostic a été sans appel : il s’agissait d’une chute de cheveux androgénétique. Si je ne voulais pas devenir complètement chauve, il me fallait réagir immédiatement, d’abord par des soins anti-chute pour ralentir et stabiliser le processus de chute et ensuite réaliser une greffe de cheveux pour recouvrir les zones dégarnies. Je tenais beaucoup à mon image, et Gil me rappelle quelquefois mon discours d’alors : « Je veux grimper les tours les plus hautes du monde à mains nues comme Spiderman, et Spiderman, ce n’est pas Batman (l’homme chauve-souris !) » Ça l’avait bien fait rire. Par contre, en 1996, comme je n’avais pas du tout les moyens de m’offrir ces traitements ni une greffe capillaire, j’avais proposé un deal à Gil :  » Si vous arrivez à stopper ma chute de cheveux et à les faire repousser là où ils sont tombés, alors je porterai vos couleurs sur mes vêtements quand je grimperai. » Il aura donc tenu sa parole treize ans plus tard, en accrochant cette pancarte et en collant un autocollant « merci Gil » dans son dos.

Il lui aura fallu une petite trentaine de minutes pour atteindre le sommet. Attendu comme une véritable star, il est sorti de la tour vers 11h20, acclamé par de très nombreuses personnes. Il a tout d’abord répondu aux journalistes puis a été conduit librement, à pied, tout en continuant à répondre aux questions, au commissariat de La Défense. « La France est un pays de droit, on m’a juste demandé de déposer une main courante » nous a t’il expliqué quelques minutes après sa sortie du commissariat à 12h « la surface était plus glissante que prévus » a t’il précisé . Son ami, très ému de cet hommage, lui a tout même suggéré de s’équiper et qu’il avait déjà prouvé au monde entier qu’il était le meilleur. Alain Robert lui à répondu qu’il perdrait du plaisir et l’envie si il était équipé de systèmes de sécurité. Alain Robert a déjà escaladé plusieurs tours à La Défense, la dernière en date était la tour Total Coupole le 22 novembre 2008. Il pourrait s’attaquer dans les prochains mois, à la tour T1 ou à la tour First lorsque qu’elle sera terminée… « J’ai fait des repérages, avec des jumelles, de la façade ».