Trente ans déjà qu’elle vient marquer le fameux axe historique voulu par Le Nôtre. Alors que cet été la Grande Arche de La Défense imaginée par Johan Otto Von Spreckelsen va souffler ses trente bougies, l’établissement public Paris La Défense et le département des Hauts-de-Seine proposent depuis le 4 juillet et jusqu’au 31 août une rétrospective de ce bâtiment iconique.

« Il était important pour nous de fêter le trentième anniversaire de la Grande Arche, monument connu dans le monde entier », déclare Patrick Devedjian, Président du Département des Hauts-de-Seine et de Paris La Défense.

L’exposition en plein air et gratuite, installée au pied de l’Arche permet de replonger dans l’histoire de ce grand cube de béton à travers plusieurs textes, plans et photos du chantier. Elle propose aussi de découvrir quelques-uns des projets comme les tours « Lumière Cybernétique » (1963) ou « Zehrfuss » (1958) qui auraient pu substituer à La Grande Arche et que l’histoire n’a pas retenus…

Une histoire qui a commencé bien avant 1989

Car l’histoire du projet de l’Arche commence bien avant 1989. La Grande Arche est l’aboutissement de dizaines d’années de projets, d’atermoiements, de rendez-vous manqués pour aménager la tête de La Défense. Nombreux sont les urbanistes, les ingénieurs et les architectes qui se sont affrontés à coups d’esquisses avec des projets remarquables d’intelligence ou parfaitement utopiques.

« La Grande Arche est un monument incontournable de Paris La Défense. Choisi sur une simple esquisse par François Mitterrand, le « Cube » était censé conclure le quartier d’affaires. Bien au contraire, il est aujourd’hui un point d’articulation vers une nouvelle Défense, les terrasses de Nanterre, le quartier des Groues ou celui des papeteries. Il réconcilie deux univers qui autrefois se tournaient le dos, s’ignoraient, et qui désormais se développent en harmonie et en complémentarité », explique dans un communiqué la DG de Paris La Défense, Marie-Célie Guillaume.