Une exposition pour retracer l’histoire de la « Zone B » de Nanterre

Jusqu'au 29 juin 2018 les Archives départementales des Hauts-de-Seine présentent au travers d’une exposition l'histoire de la "Zone B" de Nanterre.

Le quartier de la préfecture et du parc de Nanterre en 1976 avec en arrière plan La Défense et Paris - SIAF/Cité de l’architecture et du patrimoine/Archives d’architecture du XXe siècle

Souvent qualifiée « d’arrière cour » de La Défense, par Patrick Jarry le maire de Nanterre, la Zone B a vécu au cours de ces soixante-dix dernières années une histoire palpitante. Après une première exposition consacrée, entre septembre 2016 et juin 2017, à l’histoire de la création de La Défense (dite la Zone A), les Archives départementales des Hauts-de-Seine s’intéressent cette fois-ci à la Zone B, vaste territoire de 600 hectares situé intégralement sur le territoire de Nanterre à l’arrière de l’Arche.

« Quand on s’est dit que l’on allait faire une exposition sur l’histoire de La Défense il était évident qu’il fallait parler de la Zone B, mais faire çà à la va vite dans une petite vitrine ça aurait été dommage, explique-t-on aux Archives départementales. Du coup on a coupé notre exposition en deux avec une consacrée à la Zone A puis une à la Zone B ».

Plan des zones A et B avec la délimitation des différents secteurs de la zone B – Archives départementales des Hauts-de-Seine

Au travers de cette exposition les visiteurs pourront découvrir 118 documents inédits dont différentes maquettes originales, des photos, des plans ou encore des écrits retraçant la genèse de ce secteur entre 1950 et 1980. Un voyage qui dévoile la vie industrielle de la ville avec les Papèteries de la Seine, ses immenses bidonvilles, la construction des premiers grands ensembles de logements avec les cités Berthelot et des Provinces françaises, la construction de la préfecture des Hauts-de-Seine mais aussi les projets prestigieux non menés à terme comme le musée du XXe siècle, le ministère de l’Education nationale, la Tour Lumière cybernétique ou encore l’Ecole nationale des Arts décoratifs. D’autres projets tous emblématiques y sont présentés à l’image des Tours Aillaud, du parc départemental André-Malraux, du Foyer des jeunes musiciens et du théâtre de Nanterre-Amandiers.

L’exposition dont l’accès est gratuit est à visiter jusqu’au 29 juin 2018 aux Archives départementales des Hauts-de-Seine, 137 avenue Joliot-Curie à Nanterre. Elle est ouverte du lundi au vendredi de 9 heures à 18 heures.

Le bidonville de la rue de la Garenne vers 1960 – Roger Henard / Archives départementales des Hauts-de-Seine