Une grande consultation publique pour l’avenir de La Défense Seine-Arche (et ses alentours)

Dans quelques semaines l’Epadesa va lancer une grande concertation publique sur l’avenir de La Défense Seine-Arche et son intégration dans les communes environnantes.

Hugues Parant, le directeur de l'Epadesa lors du Mipim en 2015 - Defense-92.fr

Quel est l’avenir de La défense pour les prochaines décennies ? Dans quelques semaines l’Epadesa va lancer une grande concertation publique pour interroger l’ensemble des acteurs du quartier qu’ils soient propriétaires d’immeubles, investisseurs, promoteurs, entreprises, architectes mais aussi habitants ou étudiants. Tout le monde pourra donner son avis. Dès le mois de mai jusqu’à septembre chacun pourra donner ses idées sur l’avenir de La Défense via une plateforme sur internet. « On ne peut pas maintenir le plateau d’affaires tel qu’il existe aujourd’hui, demain, face à la concurrence internationale si nous ne nous  préoccupons pas de moderniser les tours qui sont peu à peu obsolètes » explique Hugues Parant, le directeur de l’Epadesa. « Pour l’instant çà se loue encore, mais que se passera t-il dans cinq ans » s’interroge t-il.


L’aménageur souhaite « ouvrir » La Défense. « Il faut absolument que La Défense vive avec son environnement » estime le DG de l’établissement qui souhaite que les communes environnantes , vivent ensemble: « La Défense doit être un pôle de rayonnement, un pôle qui irrigue un milieu qui l’entoure ».

« Nous devons trouver de nouveaux horizons et de nouveaux espaces pour La Défense » déclare t-il, en poursuivant « Ces espaces ont les trouve derrière l’Arche; demain l’Arche sera au cœur du projet ». Il va y avoir une extension du quartier, mais attention, les tours ne pousseront pas à Nanterre où le maire, Patrick Jarry, n’en est guère fan. Des bureaux mais pas que… L’aménageur prévoit d’y bâtir également un grand nombre d’équipements publics et des milliers de logements sur le terrain des Groues avec des premières livraisons programmées pour 2019. 5 000 logements devraient sortir de terre dans les prochaines années aux Groues, là où est actuellement construit l’Arena 92 et où prendra place la gare du RER E et  la ligne 15 du Grand Paris. « Nous allons forger une continuité, différente, mais faisant partie d’un ensemble Défense Seine-Arche » nous confie t-il. Hugues Parant souhaite intégrer La Défense à la métropole du Grand Paris « Nous avons presque 45% d’investisseurs et d’entreprises qui louent sur La Défense qui ne sont pas françaises; c’est unique dans la région parisienne » explique t-il en souhaitant faire du quartier d’affaires de l’ouest parisien « une locomotive » pour la région.

« On ne fera pas d’immeubles neufs sans qu’il y ait une préoccupation d’intérêt général » estime Hugues Parant qui rappelle que la rénovation de tous les espaces publics de La Défense n’est financée que par la vente de droits à construire qui permet ainsi à l’Epadesa de mener les travaux coûteux d’aménagement. « Ces ressources foncières nous ne les obtenons que sur la construction d’immeubles neufs ».

Pour justifier les projets de tours à La Défense tels Aire 2, Trinity, Hermitage Plaza, Phare, Ekla, Ava ou encore Alto, le directeur de l’Epadesa explique « Ça va payer quel espace public et quel est son intérêt ? et on se rend compte dans ce cas là que l’équipement va être utile pour la vitalité de La Défense ».