Joëlle Ceccaldi-Raynaud, présidente de l’EPAD présente ses vœux

Les vœux 2010 de l'Epad

Joëlle Ceccaldi-Raynaud, présidente de l’EPAD a présenté ses vœux le mercredi 27 janvier 2010 devant de nombreux promoteurs, investisseurs acteurs du quartier dans la toute nouvelle galerie des projets commun aux deux établissements (EPAD et EPASA). Cette salle est située au rez-de-chaussée de la tour Opus 12 et à vocation d’être un lieu de visites et de réunions pour les intervenants dans le projet de Re-noueau de La Défense. Entouré de Patrick Devdjian (ex président de l’EPAD ; président de Defacto, Président des Hauts-de-Seine et Ministre de la Relance), Jacques Kossowski (maire de Courbevoie), Charles Pasqua et Patrick Jarry (maire de Nanterre et président de l’EPASA). A noter que Jean Sarkozy n’était pas présent.

Lors de son discours, Joëlle Ceccaldi-Raynaud est revenue sur la crise financière en déclarant que le quartier « avait plutôt bien résisté » tout en précisant que le taux de vacance a été limité entre 3,5 et 6% contre 7 à 8% pour l’Ile de France. « Nous allons poursuivre cette année la mise en place du plan de Renouveau de La Défense élaboré par Nicolas Sarkozy en 2006 » a t-elle déclaré.

« Il faut faire à nouveau rêver sur des projets audacieux et ambitieux, et les faire passer de projet à réalité » explique t-elle

« L’originalité du quartier d’affaires de La Défense, c’est que celui-ci ne vit pas grâce à la finance » en faisant référence à la City de Londres tout en poursuivant : « La Défense mélange les genres, il y a une mixité entre les banques, les cabinets de conseil et les grands industriels »
Joëlle Ceccaldi-Raynaud a annoncé sa volonté de travailler à un quartier mixte en créant  » un mariage de l’urbanité et de l’humanité » mêlant, bureaux, logements privés et sociaux, équipements publics, commerces et espaces verts.

Lors de son discours elle a également précisé son intention de travailler en collaboration avec Defacto, qui est en charge de la gestion et l’animation du site.

Son discours a également porté sur les transports qu’elle a qualifie de « point noir », en rappelant que 85% des salariés de La Défense utilise les transports. En attendant le prolongement d’Eole, élément indispensable au développement du quartier, elle a également rappelé les projets d’automatisation de la ligne 1 du métro et le renforcement du service de la ligne A du RER.

Interrogée à la fin de son discours Joëlle Ceccaldi-Raynaud explique que les quatre projets dont une promesse de vente a été signée le 26 janvier 2010 (Générali, Aire 2, D2 et Majunga) étaient en très bonne voie; ils devraient débuter dans les prochains mois tout en se refusant de donner des dates sur les autres projets, expliquant qu’elle ne souhaitait pas donner de fausse illusions. « La tour Ava est figée en raison de recours juridiques du fait de sa proximité du boulevard circulaire » explique t-elle, en soulignant que des projets doivent avoir une distance minimale de 20 mètres par rapport au boulevard circulaire.

Concernant la tour Phare, le coût trop important des travaux préparatoires serait entre 20 et 30 millions d’euros, aurait décidé Unibail-Rodamco à reporter le projet.

Enfin elle a déclaré son souhait, dans la mesure où ce serait juridiquement possible avec l’EPAD et le cabinet de Jean Nouvel, de réorganiser un concours pour un nouveau projet à cet emplacement, en déclarant qu’elle aimerait qu’un projet de Jean Nouvel plus ouvert sur Puteaux , soit construit à La Défense.

Elle a cependant confirmé le début des travaux dès février 2010, de la tour Carpe Diem.

Au sujet de la fusion de l’EPAD et de l’EPASA, elle ne pourra intervenir qu’après la publication des décrets qui désigneront les représentants, dont celui de la région qui ne poura l’être qu’après les élections régionales. La fusion devrait donc être en place pour mai ou juin, si aucun recours ne s’y oppose. Joëlle Ceccaldi-Raynaud souhaitait se présenter à la tête du nouvel établissement en expliquant qu’elle ne veux pas être une « présidente de transition à l’EPAD »