Presque vingt ans après avoir acquis le Crédit Commercial de France (CCF), la banque anglaise HSBC envisagerait selon une information du Wall Street Journal de s’en séparer. Selon des sources proches du dossier, il s’agirait de la première décision stratégique de Noel Quinn, nommé directeur général par intérim en août dernier après le départ surprise de John Flint. Le processus de vente pourrait débuter dès cet automne.

Le géant britannique de la banque souhaiterait ainsi mettre un terme à ses activités françaises de banque de détail en vendant à un acteur français -souhaitant augmenter sa part de marché dans le pays-, ses 300 agences qui comptent environ 800 000 clients soit une part de marché de 2 % dans les dépôts et crédits aux particuliers. Cette filiale emploie près de 3 000 personnes en France sur les quelques 8 000 de toute l’activité du groupe dans l’hexagone.

Alors que le siège historique d’HSBC France est situé sur la prestigieuse avenue des Champs Élysées, la grande partie des troupes de la banque sont situées à La Défense, dans ses bureaux du complexe Cœur Défense. Le quartier d’affaires de l’ouest parisien compte d’ailleurs une agence bancaire.

Si HSBC mettait ainsi fin à la banque de détail en France, le géant bancaire resterait en revanche toujours présent pour proposer ses activités de marché et Paris doit rester son « hub » d’Europe continentale pour sa banque d’investissement après le Brexit.

Mais l’information un temps non commentée par la banque a été formellement démentie par la direction française d’HSBC dans un message adressé au personnel. « Nous venons de recevoir à l’instant le démenti de la direction générale concernant ces rumeurs », a déclaré à Reuters un représentant syndical. Selon une autre source syndicale de l’agence, les représentants syndicaux ont eu lundi une réunion avec la direction de HSBC France pour discuter des moyens de sortir les activités de banque de détail « du rouge ».

Depuis 2011, la banque née à Hong Kong a fermé plus de 100 activités et est sortie d’une vingtaine de pays sur la même période. Elle a aussi mené plusieurs vastes plans sociaux et supprimé plusieurs dizaines de milliers de postes.