Alors que les premiers étudiants les plus fragiles reviennent au compte-gouttes sur les bancs des universités françaises et que certains partiels sont organisés, l’Université de Paris Nanterre continue de donner la majorité de ses cours à distance pour les élèves. Mais l’université se dit aujourd’hui mobilisée pour assurer la continuité pédagogique et maintenir l’accompagnement de ses 34 000 étudiants dans ce contexte de crise sanitaire. « Avec le second confinement qui a débuté le 30 octobre 2020 la communauté universitaire reste mobilisée et solidaire et de nouveaux dispositifs d’aides sont déployés : aides numériques, alimentaires, sociales, médicales et psychologiques », explique l’université qui a mis en œuvre de nombreuses solutions.

La première commence par des espaces numériques de travail (ENT). Cette plateforme Cours en Ligne et la WebTv de l’Université permettent de proposer des enseignements à distance, et de nombreux services et outils numériques à disposition des étudiants, des enseignants-chercheurs et des personnels administratifs (coursenligne.parisnanterre.fr, Google Gsuite, Microsoft Office 365). Des enseignants chercheurs, volontaires pour devenir référents d’appui pour la continuité pédagogique, accompagnent la mise en place des cours à distance et l’appropriation des outils numériques. Au total, ce sont plus de 7 200 espaces de cours qui ont été ouverts sur coursenenligne.parisnanterre.fr et 238 chaînes WebTV ont été créées, précise l’université qui explique que plus d’un million de visites sur Cours en Ligne et jusqu’à 50 000 connexions quotidiennes et 38 000 heures de vidéos ont été visionnées par mois sur la WebTV.

Pour la recherche l’Université Paris Nanterre dit s’engager pour la continuité. 729 372 euros ont ainsi été investis afin de prolonger jusqu’à quatre mois tous les contrats doctoraux et des attachés temporaires d’enseignement et de recherche (ATER).

Des aides pour les étudiants les plus fragiles

L’Université de Paris Nanterre explique aussi lutter contre l’isolement numérique des étudiants les plus précaires avec près de 800 ordinateurs achetés et distribués mais aussi le financement de box internet, le tout pour un budget supérieur à 510 000 euros.

Une aide alimentaire a également été apportée pour les étudiants les plus en difficultés. Chaque semaine, une bonne centaine de paniers repas sont distribués par l’Épicerie Solidaire AGORAÉ, grâce aux volontaires étudiants et bénévoles. En parallèle, sur les sites de Nanterre, de Ville-d’Avray et de Saint-Cloud, 11 296 repas à un euro ont été servis depuis septembre 2020 pour les étudiants boursiers, en lien avec le CROUS de Versailles.

En plus de ces dispositifs d’aides, près de 20 000 euros de dons ont été récoltés par la Fondation partenariale de l’Université Paris Nanterre pour aider les étudiants en situation de précarité.

L’aide de l’université se porte également sur la santé de ses étudiants. Les équipes pluridisciplinaires du Service de Santé Universitaire (SSU) continuent ainsi à accueillir les étudiants sur site et par téléphone pour des consultations médicales ou psychologiques.
« Des étudiants de la communauté Paris Nanterre ont noué un partenariat avec l’association NightLine qui propose une ligne de tchat et d’écoute ouverte à pour tous. Le Service commun universitaire d’information, d’orientation et d’insertion professionnelle (SCUIOIP) instruit les demandes d’aides exceptionnelles en lien avec le CROUS de Versailles », détaille l’Université Paris Nanterre.