Defacto rencontre les habitants de La Défense

Le Forum Défensien du 30 novembre 2011

L’établissement de gestion de La Défense Defacto a organisé le mercredi 30 novembre 2011 son « Forum Défensien » à la tour Manhattan. Une cinquantaine de personnes y ont participé. De nombreuses annonces ont été faites durant ces deux heures de réunion.

Pour débuter la réunion le porte parole de Defacto, Hervé Bonnat a présenté le dispositif d’enquête qui s’est déroulé du 14 novembre 2011 au 30 novembre 2011 auprès des salariés de La Défense. Une habitante qui travaille également s’est vivement plainte qu’une hôtesse lui ait répondu « Les habitants ne rapportent rien, les entreprises beaucoup plus » cette phrase a suscité rires et critiques.

Pour la reconversion de l’ancienne station Esso à Puteaux en commerce, l’établissement a indiqué que le permis pour une superette et quelques commerces avait été déposé en mairie et que l’ensemble accueillerait ses premier clients fin 2012.

Les deux cheminés d’extraction d’air recouvertes par les œuvres d’art Deverne et Grataloup seront restaurées en 2012 a indiqué l’établissement tout comme le bassin Takis dont l’appel d’offre est en cours.

Suite à l’étude sur le vélo qui n’a pas abouti, Defacto a décidé de maintenir l’interdiction de l’usage du vélo sur la dalle en la renforçant avec des pancartes à ses accès. Toutefois Defacto admet qu’il ne pourra faire appliquer l’interdiction des deux arrêtés municipaux (Puteaux le 4 avril 1996 et Courbevoie le 22 juillet 1999). La police ne devrait verbaliser que les comportements les plus dangereux.

Par ailleurs la nouvelle propriétaire du restaurant « La Safranée », fermé pour travaux, a été vivement critiquée par les habitants de la résidence Vision 80 qui lui reprochent le nom respect des limites en matière de bruit mais surtout d’avoir posé une grande enseigne, installée sur une terrasse sur l’Esplanade,… sans autorisation de la mairie de Courbevoie et de Defacto. L’établissement a expliqué avoir envoyé des courriers et n’exclue pas que des procédures soit lancées à son encontre.